in

Au cours de leur évolution, les poissons seraient sortis de l’eau plus de 30 fois !

Crédits : iStock

Au cours de l’évolution, le fait que les poissons soient sortis de l’eau nous a toujours été présenté comme un événement exceptionnel. Pourtant, une étude australienne soutient que ce phénomène n’a pas été si rare que cela.

Les poissons sont sortis de l’eau plus de 30 fois au cours de l’évolution, selon une étude menée par Terry J.Ord et Georgina M.Cooke du Centre de recherche en évolution et en écologie de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie), publiée dans la revue Evolution.

« C’est surprenant que la transition vers un mode de vie terrestre soit aussi fréquente dans ce groupe », indique le paléontologue Michel Laurin, directeur de recherche au CNRS. Ces propos ont été relayés par le magazine Sciences et Avenir, bien que l’expert n’ait pas pris part à l’étude en question.

En effet, si certains poissons sortent la tête de l’eau afin d’absorber de l’air en surface, un peu comme les phoques, d’autres s’échouent de manière volontaire sur les plages pendant une période pouvant aller de quelques minutes à plusieurs heures. De plus, on compte près de 130 espèces de poissons amphibies, c’est-à-dire capables de passer indifféremment du milieu terrestre au milieu aquatique, et vice-versa. Si l’on considère seulement le groupe des blennies (Blenniidae), ce dernier compte à lui seul 14% de ces espèces et s’est lancé sur la terre ferme environ 7 fois au cours de l’évolution.

Les chercheurs ont pu, par le biais d’analyses ADN, retracer l’évolution des poissons. Par la suite, les espèces amphibies ont été replacées dans une sorte d’arbre généalogique composé de 17.000 espèces. Selon les scientifiques, les « sauts » des poissons sur la terre remontent à 400 millions d’années av. J.-C., à moins de 10 millions d’années. Il semble que certaines espèces, dont l’ancêtre était amphibie, soient complètement retournées à l’eau.

« Ces incursions sur la terre ferme ont touché des poissons évoluant sous différents climats, aux régimes alimentaires divers et vivant dans toute une palette d’environnements aquatiques, depuis les cours d’eau jusqu’aux océans » explique Terry J.Ord. La plupart des poissons évoluent en milieu marin, dans la zone de battement des marées, un fait qui a fait réagir Michel Laurin :


« Les paléontologues ont longtemps pensé que nos ancêtres étaient sortis de l’eau douce pour venir sur terre. Cette étude apporte une nouvelle preuve à l’encontre de cette hypothèse : les premiers tétrapodes sont plutôt sortis de la mer. »

Mais comment les poissons ont-ils pu respirer à la surface ?

« L’absence de poumon n’a pas constitué un handicap insurmontable pour ces nombreux poissons qui se sont aventurés sur terre, et loin de là ! » déclare Michel Laurin.

Selon un autre spécialiste, Jean-François Baroiller, chercheur Cirad à l’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier, « beaucoup d’espèces de poissons utilisent l’interface eau-air à leur avantage ». En effet, les poissons disposent d’une technique très élaborée :

« Imaginez une branche de brocoli dont chaque petite boule est vascularisée, le tout étant situé dans une cavité. Le poisson cherche de l’air en surface qu’il stocke dans cette cavité. L’oxygène passe dans la circulation sanguine grâce à ces arborescences » explique le chercheur.

Sources : Science MagazineSciences & Avenir