in

Côtes-D’Armor : deux hydroliennes géantes alimenteront des milliers de logements

Crédits : EDF

Il s’agit d’une première mondiale : un projet d’un site d’hydroliennes raccordé au réseau national est en cours de finalisation. Ceci devrait permettre à la France de faire immerger une nouvelle filière de l’énergie renouvelable.

Utiliser l’énergie marémotrice au large des côtes françaises est l’idée du développeur DNCS par le biais de sa filiale OpenHydro. Le projet initié en 2008 est à l’essai depuis l’an dernier et devrait être finalisé pour 2019. Le site est actuellement géré par EDF à Paimpol-Bréhat, en Bretagne.

Le site est composé de quatre hydroliennes atteignant chacune une puissance de 500 MWh, soit de quoi alimenter 3000 logements en énergie tout au long de l’année. Ainsi, dans quelques mois, des centaines de foyers bretons pourront utiliser cette énergie marémotrice produite sous la mer à 35 mètres de profondeur. Celle-ci est par définition créée grâce aux mouvements de l’eau engendrés par les marées et causés par l’effet conjugué des forces de gravitation de la Lune et du Soleil.

Il s’agit d’un principe qui se rapproche de celui des centrales hydrauliques posées sur l’eau, fonctionnant avec les courants marins. En revanche, les hydroliennes convertissent l’énergie cinétique des courants marins en énergie électrique puisque celles-ci sont fixées à une structure ancrée dans le plancher océanique.

(Crédit image : OpenHydro)

Le prototype utilisé depuis quelques années pèse 850 tonnes, mesure 16 mètres de diamètre et a vu le jour après divers essais et études concernant d’autres prototypes plus réduits (6 mètres de diamètre). Cependant, deux nouvelles hydroliennes sont en place depuis l’été 2016 et appartiennent à la seconde génération. Celles-ci ont une capacité de production quatre fois plus performante : 2 MWh.

EDF situe le potentiel hydrolien entre 2000 et 3000 MW par an, soit 20 % du potentiel européen. Il s’agit d’une énergie propre, durable et respectueuse de la faune aquatique qui pourrait devenir un secteur industriel intéressant pour l’Europe dans un futur assez proche. La France souhaite donc se positionner rapidement sur ce créneau également attrayant économiquement.

Sources : Futura SciencesMr Mondialisation