in

Coronavirus : y a-t-il un risque de transmission avec un colis en provenance de Chine ?

Crédits : ennelise / Pixabay

Dans un climat de crainte autour du coronavirus de Wuhan, les Français se posent diverses questions. Ainsi, le SAMU répond régulièrement à des appels un peu farfelus depuis la révélation des premiers cas en France. Une des questions revenant le plus souvent concerne l’arrivée de colis depuis la Chine.

Le virus sème la crainte

Afin d’enrayer la propagation du coronavirus, plusieurs villes chinoises ont été placées en quarantaine. À Wuhan, berceau de l’épidémie, on construit des hôpitaux en un temps record, tandis que le nombre d’infectés et de décès augmente de jour en jour. Le virus a touché une quinzaine de pays, dont la France avec trois cas. Par ailleurs, le bilan au 27 février était de 107 décès pour 4 400 cas d’infection.

Dans un tel contexte, les Français se posent naturellement des questions. Récemment, France 3 régions a suivi le SAMU du Nord, répondant à des centaines d’appels chaque jour. Or, les questions que les gens posent sont parfois incohérentes. Celles-ci concernent notamment des colis arrivant de Chine et des repas pris dans un restaurant asiatique. Pour Éric D’Ortenzio, épidémiologiste à l’Inserm interrogé par Le Parisien, aucune transmission d’un virus par le contenu d’un colis n’a été recensée par le passé.

SAMU appels coronavirus
Le SAMU répond à de nombreux appels chaque jours dont les questions concernent le coronavirus.
Crédits : capture YouTube / France 3 Hauts-de-France

Des appels inutiles

Patrick Goldstein, chef du service des urgences et du SAMU au CHU Lille, s’est exprimé sur les appels. Au passage, il faut savoir que ce service répond à des appels dont le nombre se situe entre 150 à 200 par tranche de 24h. L’intéressé n’a pas hésité à montrer son agacement quant à la nature des appels :

« On n’appelle pas le 15 si on attend un colis Amazon qui vient de Chine. On n’appelle pas le 15 si on va au restaurant chinois. On n’appelle pas le 15 si on était Gare du Nord ou si on a été à Lille Europe et qu’on a croisé du monde. Et on n’appelle pas le 15 si on est chirurgien-dentiste et qu’on a des patients chinois qui ne sont pas allés en Chine depuis 10 ans. »

De plus, Patrick Goldstein rappelle que les seuls appels concernant le coronavirus doivent relever de l’urgence. Il doit s’agir de personnes revenant de Chine depuis moins de 14 jours et dont la température est anormale. Dans ce cas, il pourrait effectivement s’agir d’un début de fièvre causé par le coronavirus de Wuhan.

Des peurs jugées irrationnelles

Face à la méconnaissance du virus et le battage médiatique autour de sa propagation, certaines personnes cèdent à une sorte de panique. En France, certains inquiets prennent d’assaut les pharmacies afin d’acheter des masques de protection. Néanmoins, selon Patrick Goldstein il ne sert à rien de paniquer. Toutefois, il faut effectivement prendre quelques précautions : se laver souvent les mains ou encore ne pas faire face à quelqu’un ayant l’air enrhumé (ou en étant enrhumé soi-même).

Certaines réactions sont peut-être le fruit des images circulant sur la situation actuelle à Wuhan. Cette ville de 11 millions d’habitants mise en quarantaine a des allures de ville fantôme. Les autorités ont paralysé les transports, ont rendu le port du masque obligatoire et la population a vidé les magasins afin de faire des stocks.

Articles liés :

Coronavirus : trois cas en France, alerte maximale à Hong Kong, le point sur l’épidémie

Coronavirus : une étude remet en cause la version officielle quant à l’origine de l’épidémie

Le nouveau coronavirus chinois a-t-il été créé par l’Homme ?