in

Coronavirus : pourquoi les hommes portent moins le masque que les femmes

Crédits : Piqsels

Dans le cadre d’une étude, les hommes ont plus souvent que les femmes déclaré ne pas porter de masques. Cette tendance n’est pas nouvelle car elle était également visible lors des précédentes épidémies. Mais l’obligation du port du masque permettrait de gommer quelque peu cet écart.

Un signe de faiblesse pour certains

Dès ce lundi 20 juillet 2020 en France, le port du masque devient obligatoire dans les espaces publics clos. Cette mesure s’ajoute à celle concernant les transports en commun, où le port du masque est en vigueur depuis le début du déconfinement. Autrement dit, le port du masque n’est pas une obligation dans les espaces publics ouverts, c’est-à-dire la rue, les parcs, la plage, en mer ou encore sur les chemins de randonnée.

Il se pourrait que le port du masque obligatoire dans les espaces clos contribue à réduire une certaine tendance. Comme l’explique une étude publiée sur la plateforme PsyArxiv le 16 mai 2020, les hommes portent moins le masque que les femmes. Pour arriver à cette conclusion, Valerio Capraro (économiste) et Hélène Barcelo (mathématicienne) ont interrogé 2 500 personnes aux États-Unis.

masque
Crédits : Pxhere

Selon les résultats, les hommes déclarent plus souvent ne pas porter de masque, en particulier lorsqu’il n’est pas obligatoire. Parmi les raisons évoquées, nous retrouvons des qualificatifs pouvant paraître assez ridicules en temps de pandémie. Certains hommes pensent en effet que le port du masque n’est pas “fun”, qu’il s’agit là d’un signe de faiblesse ou encore d’un acte honteux.

Les hommes plus négligents

Interrogés par la BBC le 19 juillet 2020, les deux auteurs de l’étude indiquent que certains hommes considèrent qu’ils seront moins touchés par la maladie que les femmes. Or, le fait est que, en ce qui concerne le SARS-CoV-2, les hommes sont plus à risque que les femmes !

Mais le fait que le port du masque soit davantage négligé chez les hommes n’est pas chose nouvelle. En effet, une étude de 2004 avait montré que c’était déjà le cas lors de l’épidémie de SRAS à Hong Kong. Au passage, évoquons un récent article de Reuters évoquant le fait qu’aux États-Unis, les hommes ont généralement moins tendance à se laver les mains que les femmes.

Pour Christina Garvert, chercheuse en sciences comportementales, ceci n’est pas étonnant outre mesure. En effet, il existe des différences d’appréhension du risque selon le genre. Par ailleurs, les hommes sont en moyenne moins altruistes et plus égoïstes. Ainsi, il faudrait adapter le discours concernant le port du masque. En tout cas, au regard de cette tendance, le rendre obligatoire – au moins dans les espaces clos – est sûrement la mesure la plus utile.