in

Coronavirus : la gestion de l’épidémie met en colère les chinois

Crédits :imtmphoto / iStock

Alors que l’épidémie de coronavirus 2019-nCoV se poursuit, la colère des citoyens chinois monte. Ce mécontentement croissant cible principalement des responsables de la gestion de l’épidémie à l’échelon local sur les réseaux sociaux.

La population à bout de nerfs

Le dernier bilan de l’épidémie du coronavirus de Wuhan fait état de près de 450 décès pour plus de 20 000 cas confirmés. Depuis le début des mesures prises par les autorités, la propagande chinoise bat son plein. Des images et autres messages censés rassurer sont régulièrement diffusés. L’objectif ? Garder la confiance du peuple et éviter les élans de panique.

Or, comme l’explique le quotidien Les Échos dans un article du 3 février 2020, la population commence à bouillir. C’est surtout le cas dans les quelques villes placées en quarantaine, dont Wuhan. Plus de 20 millions d’habitants sont confinés chez eux alors que les congés du Nouvel An chinois ont été rallongés de deux semaines. Nombreux sont les citoyens exprimant leur colère sur les réseaux sociaux alors que l’épidémie du nouveau coronavirus s’avère être plus importante que celle du SRAS de 2003.

virus
Crédits : geralt/pixabay

Le pouvoir local incriminé

Principalement visé, le gouvernement de Wuhan est accusé d’être responsable de la propagation du virus. En première ligne, le maire de la ville Zhou Xiangwang aurait rapidement caché des informations et aurait assuré que la situation était sous contrôle. Ces accusations ont été formulées la première fois dans un article anonyme lu plus de 100 000 fois sur WeChat. Citons également le cas du Dr Li Wenliang, basé à Wuhan. Ce dernier a posté un article sur Weibo expliquant avoir reçu des pressions de la police au début de l’épidémie. Sa “faute” ? Avoir prévenu des collègues que sept patients étaient possiblement atteints du coronavirus SRAS.

En outre, certaines images ont également été source d’indignation. Avec la sévère pénurie concernant les masques de protection, seul le personnel médical est officiellement assuré d’être approvisionné. Or, des membres du gouvernement de Wuhan ont été surpris en portant des masques initialement destinés aux hôpitaux.

Évoquons aussi le fait que la colère parvient à s’exprimer sur les réseaux sociaux alors qu’habituellement, la censure est tout à fait exemplaire en Chine. Il se pourrait bien que le parti communiste à la tête du pays autorise ces “débordements” d’opinion. En effet, cette colère est principalement dirigée vers l’exécutif à l’échelon local et ne remet pas en doute la légitimité du parti à l’échelon national.

Articles liés :

Pourquoi devrions-nous arrêter de comparer la grippe et le coronavirus ?

La grippe aviaire H5N1 de retour dans une Chine en pleine lutte contre le coronavirus !

Quelles sont les villes hors de Chine les plus menacées par le coronavirus ?