in

Coronavirus : la Chine avait été alertée par ses scientifiques il y a un an !

Crédits : PxHere

Si la colère grandit au sein de la population chinoise, tout n’est pas lié à la gestion de l’épidémie actuelle de coronavirus. Il s’avère que des scientifiques avaient alerté à propos d’une possible nouvelle épidémie de coronavirus, un avertissement que les autorités n’ont visiblement pas considéré à sa juste valeur.

« Une prochaine flambée épidémique »

En Chine, de nombreux citoyens sont actuellement en colère, principalement ceux qui se trouvent dans des villes ou quartiers confinés. Cette colère s’exprime en grande partie sur les réseaux sociaux, alors que l’épidémie du nouveau coronavirus s’avère être plus importante que celle du SRAS de 2003. Les indignés ont principalement dénoncé les pouvoir locaux de Wuhan, dont le maire. Il est question d’une dissimulation d’informations et d’une volonté de rassurer la population alors que la situation était très loin d’être sous contrôle.

Dans un article publié dans Challenges le 3 février 2020, il est dit que les autorités chinoises avaient été prévenues il y a presque un an. Dans une publication parue dans la revue Viruses en mars 2019, voici ce que les chercheurs ont notamment écrit :

« Il est généralement acquis que les coronavirus portés par les chauves-souris vont réémerger et causer la prochaine flambée épidémique. À cet égard, la Chine est une probable zone à risque. Le défi consiste à savoir où et quand, de façon que nous puissions faire de notre mieux pour prévenir de tels foyers de maladie. »

chauve souris
Crédits : Вых Пыхманн / Wikipédia

Une sacrée perte de temps !

Compte tenu de cet avertissement, les virologues chinois n’avaient visiblement pas de raisons valables d’être pris de court par l’épidémie de 2019-nCoV. De plus, les expériences passées au niveau des coronavirus SARS (2003) et MERS (2012) font que les scientifiques locaux connaissent bien le sujet. D’ailleurs, ceux-ci ont réagi – un peu tard mais efficacement – en fournissant certaines séquences génétiques à comparer avec le SARS. Cette première base d’un possible futur traitement a été apportée le 18 janvier. Une semaine plus tard, un premier séquençage complet du génome du virus est apparu. Ceci a permis aux laboratoires du monde entier de commencer à réellement travailler sur un traitement.

Le fait est que les premiers cas ont été déclarés plus de deux semaines avant le 31 décembre, jour où le bureau chinois de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a été prévenu ! Autrement dit, entre le signalement des premiers cas et le premier séquençage complet du coronavirus, il s’est passé plus d’un mois. En réalité, près d’une dizaine de personnes, dont le Dr Li Wenliang de Wuhan, ont été réduits au silence au début de l’épidémie. Ceux-ci ont été contraints par les autorités de faire profil bas sous peine d’être poursuivis en justice pour diffusion de fausses rumeurs.

Source

Articles liés :

Quand les Chinois se ruent sur un remède traditionnel pour combattre le coronavirus !

Pourquoi devrions-nous arrêter de comparer la grippe et le coronavirus ?

La 5G utilisée par les hôpitaux chinois dans la lutte contre le coronavirus !