in

La Corée du Sud veut aller sur Mars

perseverance vie mars
Un panorama martien capturé par le rover Perseverance. Crédits : NASA/JPL

Yoon Suk-yeol, le président sud-coréen, a confirmé le 28 novembre dernier que son pays ferait atterrir un vaisseau sur la Lune au début des années 2030, puis sur Mars au cours de la décennie suivante.

La Corée du Sud sur la Lune dans dix ans

Vous le savez, la NASA souhaite renvoyer des humains sur la Lune à la fin de la décennie dans le cadre de son programme Artemis. L’agence, qui désire s’y établir durablement, est naturellement consciente qu’une telle ambition ne peut être soutenue que par une collaboration internationale. En ce sens, l’agence a développé les accords Artemis qui proposent des « règles de bonne conduite » auxquelles tous les signataires devront se plier dans le cadre de cette exploration lunaire. Ces accords ont déjà été signés par de nombreux pays, dont la France.

La Corée du Sud est également concernée. Elle se prépare en effet à entamer son programme d’exploration lunaire. À cette fin, le pays développe actuellement un orbiteur (le Korea Pathfinder Lunar Orbiter) dont le lancement est prévu l’année prochaine à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX.

En mars dernier, Moon Jae-in, l’ancien président sud-coréen, avait également annoncé le développement d’un atterrisseur visant à se poser sur la Lune en 2030. Pour ce faire, le pays travaille également sur son propre lanceur : le Korea Space Launch Vehicle (ou Nuri). Son successeur, le président Yoon Suk-yeol, a confirmé cette ambition le 28 novembre dernier lors d’un discours liminaire tenu au Forum spatial coréen 2022. L’atterrissage ne se fera en revanche qu’en 2032.

Pour atteindre les objectifs ambitieux, le président a promis de doubler le budget de développement spatial du gouvernement au cours des cinq prochaines années et d’injecter au moins 100 000 milliards de wons (soit environ 75 milliards d’euros) dans le secteur spatial d’ici 2045. Pour cette année, le budget spatial de la Corée du Sud était de 734 milliards de wons (soit environ 555 millions d’euros).

Yoon Suk-yeol mars CORÉE DU SUD
Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol prononce un discours liminaire au Korea Space Forum 2022. Crédits : Bureau du président de la République de Corée

Objectif Mars

Yoon Suk-yeol s’est également engagé à développer un moteur de fusée de nouvelle génération permettant de soutenir ces futures missions lunaires. Il est aussi question de créer une agence spatiale nationale sur le modèle de la NASA d’ici l’année prochaine. Cette agence, provisoirement nommée Korea Aerospace Administration (KASA), permettra de concentrer les différents programmes spatiaux financés par l’État actuellement dispersés dans divers départements et agences. Le tout se fera sous la supervision du ministère sud-coréen des Sciences.

Enfin, le président coréen a également fait savoir que la Corée du Sud envisagerait également d’atterrir sur Mars d’ici 2045. Pour ce faire, le gouvernement devrait intensifier le transfert public-privé des technologies spatiales et lancer un programme de financement pour les entreprises spatiales émergentes. Là encore, il semblerait que le pays s’inspire du modèle de la NASA.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.