in ,

La Corée du Sud présente une technologie inédite en matière d’écologie

pollution air CO2
Crédits : Vital Hil / iStock

Régulièrement confrontée à des problèmes environnementaux, la Corée du Sud désire agir avant qu’il ne soit trop tard. Une start-up locale a notamment mis au point une technologie en théorie révolutionnaire pour faire baisser les émissions de CO2 tout en produisant de l’eau douce à partir de l’eau salée.

Une usine pour régler plusieurs problèmes et capturer le CO2

Depuis quelques années, les technologies de capture de CO2 ont le vent en poupe. Toutefois, il s’agit la plupart du temps de captation du CO2 directement dans l’atmosphère. La société sud-coréenne Capture6 a quant à elle présenté un dispositif complètement différent dans un communiqué du 16 janvier 2024. En effet, elle propose de bâtir une usine pour faire baisser la quantité de CO2 de 50 000 tonnes tout en récupérant de l’eau salée afin de la transformer en eau douce. Autrement dit, l’usine associe la désalinisation de l’eau et la capture du dioxyde de carbone.

Elle devrait être installée dans le complexe pétrochimique de Daesan, opéré par le consortium Hyundai au sud-est de la capitale Séoul, une région largement fragilisée par les activités du site. Les observateurs rapportent en effet une déstabilisation des écosystèmes locaux ainsi qu’une pollution de l’air (particules fines) qui affecte fortement les habitants, et ce, jusqu’à Séoul. Par ailleurs, le pays connaît d’importants épisodes de sécheresse depuis quelques années. Cela impacte grandement les nappes phréatiques et met en péril l’approvisionnement en eau douce des habitants. La Corée du Sud fait donc de plus en plus appel à des sources d’eau potable extérieures, provenant d’autres pays.

De plus, la Chine, dont l’énergie provient du charbon à hauteur de 75 %, est à proximité. Or, bon nombre de ses mégalopoles sont concernées par des épisodes de pollution atmosphérique catastrophiques. Rappelons enfin que la Corée du Sud vise l’objectif zéro émission d’ici 2050.

Soulager les habitants et une industrie essentielle

« La technologie de Capture6 élimine non seulement le CO₂ atmosphérique et restaure l’eau douce, mais génère également des produits chimiques verts comme l’acide chlorhydrique et les carbonates de calcium. Actuellement, ces produits chimiques sont dérivés de combustibles fossiles et importés en Corée du Sud. La prochaine installation et son approche d’économie circulaire visent à fournir un approvisionnement local et durable en produits chimiques industriels clés. Cette initiative s’inscrit dans l’objectif de la Corée du Sud d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050″, peut-on lire dans le communiqué de la start-up.

schéma usine coréenne
Schéma de fonctionnement de la future usine de Capture6. Crédits : Capture6

Si l’usine en question se montre réellement efficace, l’avantage serait triple. En effet, elle permettra non seulement de soulager la population au niveau de l’eau potable et des épisodes de pollutions aux particules fines, mais aussi de poursuivre normalement les activités du secteur pétrochimique. Or, la Corée du Sud est très dépendante de cette industrie qui représente tout de même 25 % du PIB du pays selon la Banque Mondiale.