in ,

La Corée du Sud a placé des satellites sur orbite à l’aide de sa propre fusée

fusée Nuri corée du sud

Pour la toute première fois de son histoire, la Corée du Sud a lancé plusieurs satellites en orbite en utilisant une fusée de sa propre conception. Autrement dit, ce pays devient complètement autonome concernant le lancement de satellites dans l’espace.

Une entrée complète dans l’industrie spatiale mondiale

En janvier, nous évoquions une année 2022 pleine de promesses sur le plan spatial. Parmi les nouvelles annoncées, nous retrouvions la possibilité qu’un orbiteur sud-coréen soit lancé par une fusée SpaceX au mois d’août. Toutefois, l’agence de presse sud-coréenne Yonhap News a annoncé ce 13 juin 2022 le lancement de satellites au moyen d’une fusée nommée Nuri. Or, ce lanceur a la particularité d’être de conception locale.

Ce lancement est une grande première pour la Corée du Sud. Il montre que le pays s’est donné les moyens de prendre place dans l’industrie spatiale mondiale, mais également de renforcer son arsenal de défense nationale avec des satellites-espions à venir dans un futur plus ou moins proche. Il faut dire que désormais, le pays est autonome concernant le lancement de satellites. Auparavant, d’autres pays assuraient ses lancements, depuis la première fois en 2013 avec l’aide d’une fusée russe.

fusée Nuri corée du sud 2
Crédits : Korea Aerospace Research Institute

La fusée Nuri a décollé depuis le centre spatial Naro situé à Goheung, dans le sud du pays. La mission était donc de placer sur orbite (à une altitude de 700 km) plusieurs satellites qui n’ont aucun but militaire selon les autorités locales. En effet, il s’agit de satellites de recherche miniatures (CubeSats) pensés pour se placer en orbite de manière autonome.

La Corée du Sud intègre le top 10 mondial

Si la Corée du Sud crie aujourd’hui victoire, l’affaire semblait pourtant assez mal engagée. En effet, le premier essai de la fusée en octobre 2021 a connu un échec avec l’explosion précoce d’un des moteurs. Un autre essai de lancement avait permis à un satellite d’atteindre l’espace, mais celui-ci n’a pas pu maintenir son orbite. Avec ce récent succès retentissant, la Corée du Sud devient le dixième pays du monde à avoir placé sur orbite un satellite en ayant entièrement recours à sa propre technologie.

Enfin, rappelons que le voisin nord-coréen n’a pas respecté les récentes interdictions émanant du Conseil de sécurité des Nations unies. En effet, ce pays a tout de même lancé ses premières fusées spatiales. Pour l’ONU, il était important de restreindre le cadre autour des technologies de lancement des engins spatiaux puisqu’il est souvent question de missiles et de satellites-espions.