in

La Corée du Nord annonce avoir procédé à l’essai d’une bombe H, le monde s’indigne

Crédits : Pixabay

Ce mercredi 6, la Corée du Nord annonce avoir effectué avec succès un essai nucléaire, et ce par le biais d’un engin miniaturisé. Les États-Unis promettent une réponse à ce qu’ils considèrent comme une provocation, tandis que les réactions internationales tentent de se faire entendre.

« Le premier essai de bombe à hydrogène de la République a été mené avec succès à 10 h (1 h 30 GMT) le 6 janvier 2016 […] nous rejoignons les rangs des États nucléaires avancés » annonçait ce matin la télévision officielle nord-coréenne.

Les sources de la Corée du Nord évoquent alors le premier essai réussi de bombe H (hydrogène) et mentionnent une bombe miniaturisée. Cependant, bien que cette déclaration soit prise au très au sérieux par la communauté internationale, les États-Unis veulent effectuer les vérifications nécessaires avant, selon eux, d’apporter une réponse « appropriée ».

Le directeur du centre de sismologie de Taïwan, Kuo Kai -wen, situe ce possible essai nucléaire dans le nord-est de la Corée du Nord, près de la ville de Kilju, tout comme plusieurs autres agences de surveillances de la région. L’explosion aurait ainsi déclenché un tremblement de terre d’une magnitude de 5,1 sur l’échelle de Richter.

La Corée du Nord ne semble pas vouloir renoncer à son programme nucléaire militaire, bien au contraire, et ce malgré les sanctions internationales. En effet, selon le régime totalitaire en place, le pays ne changera pas son orientation tant que les États-Unis auront « une attitude agressive à leur égard ».

Dans l’attente des vérifications américaines, les réactions sont vives parmi la communauté internationale. Une réunion d’urgence a eu lieu ce matin au Conseil de sécurité des Nations unies à New York. Les Coréens du Sud renforcent quant à eux la surveillance concernant leur voisin, tandis que le Japon estime sa sécurité menacée. D’une manière générale, les pays du monde condamnent fermement cet essai et redoutent une escalade des tensions.

Quant à la Chine, elle se montre un peu plus réservée et semble jouer un double jeu. En effet, bien qu’elle évoque vouloir une « dénucléarisation » de la Corée du Nord, on peut se poser la question des conséquences pour la Chine d’une chute de ce régime tant décrié. La Chine est le seul allié des Nord-Coréens et sa chute aurait un effet déséquilibrant face à l’influence américaine existant sur une partie de l’Asie.

En décembre, Kim Jong-un avait déclaré que la Corée du Nord possédait ce type de bombe, une nouvelle qui avait été généralement reçue avec scepticisme. Pourtant, ce pays, qui avait été initié par l’URSS pendant la guerre froide, s’est développé seul dans le but de porter son programme nucléaire à partir des années 1980. Les premiers essais des Nord-Coréens ont été effectués en 2006, 2009 et 2013, et ce sont ces mêmes essais qui avaient motivé la communauté internationale à formuler des sanctions à leur encontre.

Plus de réponses devraient être apportées dans les jours suivants, car pour certains spécialistes, l’activité sismique relevée serait peut-être due à l’explosion d’un engin moins puissant que celui que les autorités nord-coréennes évoquent.

Voici la nouvelle relatée en vidéo par la chaine ITélé :

Sources : Le Monde – France Info – La Croix – Le Parisien

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.