in

Vidéo. Quand le corail sacrifie ses précieux locataires pour tenter de survivre au réchauffement climatique

Crédits : Capture vidéo

Le blanchiment des coraux est le processus par lequel ces derniers perdent leurs couleurs en réponse à un stress environnemental, comme la hausse des températures ou la pollution. En mourant, les coraux se parent d’un voile fantomatique, laissant orphelins des milliers d’êtres vivants.

Les coraux ne produisent pas eux-mêmes le pigment qui leur donne ces couleurs vives qui leur sont propres. C’est grâce à de petites algues colorées qui vivent dans le tissu corallien et qui fournissent de précieux éléments nutritifs en échange d’un espace sûr pour vivre et se reproduire. Une sorte de donnant-donnant dont seule la nature a le secret.

Ce genre de relation symbiotique entre les coraux et les algues convient parfaitement aux deux parties, mais quand les choses se corsent, le corail expulse sans préavis les algues pour se concentrer sur sa propre survie. Mais si les conditions ne s’améliorent pas suffisamment rapidement pour que de nouvelles algues repeuplent le corail, celui-ci blanchit, et meurt.

Problème, les coraux sont très, très importants. Plus de 275 millions de personnes vivent à moins de 10 kilomètres de côtes et à moins de 30 kilomètres de récifs. Un huitième de la population mondiale vit à moins de 100 kilomètres de récifs et sont susceptibles de tirer des avantages des services écosystémiques fournis par les récifs.

De plus, les scientifiques estiment que plus d’un million d’espèces animales et végétales y sont associées et qu’ils accueillent plus de 25 % des espèces de toute la vie marine. Dans un monde où 93 % de la Grande Barrière de Corail est maintenant endommagé, et que quelque 12 000 kilomètres carrés de coraux, d’Hawaii à l’océan Indien, devraient être détruit d’ici la fin de l’année, nous avons donc un gros, gros problème avec le blanchissement des coraux.

Récemment, et pour la première fois, des scientifiques ont filmé ce phénomène en pleine action. Et il est plus rapide et plus sévère que prévu. Selon Brett Lewis, de l’université de technologie du Queensland en Australie : « ce qui est vraiment intéressant, c’est la rapidité et la violence avec laquelle le corail expulse par la force ses résidents ».

Pour se faire, les chercheurs ont observé et enregistré la réponse des coraux à la hausse des températures. Au cours des 12 premières heures, l’équipe a augmenté la température de l’eau de 26 à 32 °C, et ils l’ont maintenue à ce niveau pendant huit jours. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous, les coraux, ici l’espèce H. actiniformis, l’une des espèces les plus résistantes de la Grande Barrière de Corail, a répondu en expulsant ses hôtes en quelques heures seulement :

Source