in ,

COP24 : un million de vies peuvent être sauvées d’ici à 2050 !

Crédits : WikiImages / Pixabay

Lors de la présentation d’un de ses rapports à la conférence de l’ONU sur le climat (COP24) à Katowice (Pologne), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que les actions pour le climat pourraient sauver un million de vies, et faire économiser beaucoup d’argent d’ici une trentaine d’années.

Sauver la planète, mais pas seulement

La COP24 qui se déroule actuellement à Katowice (Pologne) se doit d’avancer sur la réalisation des objectifs de l’accord de Paris de 2015. Récemment, un rapport de l’ONU avait dressé le bilan des actions déjà menées et le fait est qu’après trois années de stabilisation, les émissions mondiales de carbone sont reparties à la hausse pour atteindre des niveaux records.

Dans le cadre de la COP24, et selon un communiqué publié le 5 décembre 2018, l’OMS a souligné que ce ne serait pas uniquement la planète qui bénéficierait de progrès dans l’action pour le climat. L’agence estime que pas moins d’un million de vies humaines pourraient être sauvées.

« Les preuves montrent clairement que le changement climatique a déjà de graves conséquences sur la vie et la santé des personnes. Il menace les éléments de base dont nous avons tous besoin pour rester en bonne santé – un air pur, une eau potable, un approvisionnement en aliments nutritifs et des abris sûrs – et compromettra des décennies de progrès en matière de santé dans le monde », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Sauver la planète et faire des économies ?

L’OMS a également expliqué qu’il y avait de nombreuses économies à faire, notamment en matière de santé. Il serait question d’avantages économiques deux fois plus élevés que le coût de l’atténuation du réchauffement planétaire et de la lutte contre la pollution atmosphérique !

D’ailleurs, rappelons que la pollution atmosphérique cause chaque année pas moins de 7 millions de décès pour une facture totale de 5 000 milliards de dollars en pertes diverses. Le rapport estime que « le coût réel du changement climatique se fait sentir dans nos hôpitaux et dans nos poumons ».

Il faut savoir que les émissions de sources d’énergie polluantes deviennent si conséquentes sur la santé humaine qu’il devient désormais plus rentable de se focaliser sur la recherche de sources d’énergie à faible émission de carbone ! L’OMS estime que ces sources d’énergie pourront permettre d’améliorer la qualité de l’air, puis davantage encourager l’activité physique afin de prévenir certaines maladies.

pollution
Crédits : Pixabay

Quelques recommandations

L’OMS estime que les décideurs politiques doivent traiter en même temps les problèmes liés au changement climatique et à la santé publique. Est également préconisée une mobilisation des pouvoirs locaux (les maires par exemple) afin d’agir à plus petite échelle. L’OMS évoque également l’intérêt d’investir dans des établissements de santé éco-intelligents.

Enfin, rappelons que Sir David Attenborough – écrivain et naturaliste britannique – avait tenu un discours alarmant lors de l’ouverture de la COP24. L’intéressé avait notamment évoqué un « effondrement de nos civilisations et l’extinction d’une grande partie du monde naturel ».


Articles liés :

Seuls 5 % des terriens respirent un air sain !

Le réchauffement climatique pourrait causer une accumulation de catastrophes au sein d’une même région !

Climat : une évolution vers des cyclones tropicaux plus pluvieux et venteux ?