in ,

Pourquoi SpaceX a envoyé une superbactérie mortelle dans l’espace

Crédits : iStock

Une super-bactérie mortelle a été envoyée en orbite par Space X, ce qui signifie que la solution contre les bactéries les plus résistantes pourra peut-être être trouvée dans l’espace ! Et si la conquête spatiale s’avérait également être une conquête médicale ?

Cette expérience a débuté le 14 février 2017 lorsque la société d’Elon Musk, Space X a envoyé dans l’espace des Staphylococcus aureus (doré). Cette étude financée par la NASA vise à cultiver la super-bactérie en laboratoire à l’intérieur de la Station Spatiale Internationale (ISS), la microgravité ayant pour effet d’accélérer le processus de mutation.

Pour Anita Goel, PDG de la société de biotechnologie Nanobiosym, le but est de « tirer parti de l’environnement de microgravité sur l’ISS pour accélérer la révolution médicale, ici sur Terre. » Cette société a utilisé le Gene-Radar, un scanner mobile capable d’établir le diagnostic en temps réel de toute maladie.

Sur notre planète, certaines bactéries voient leurs gènes se multiplier afin de résister aux antibiotiques, mais dans l’espace, les chercheurs ont observé que la mutation de ces mêmes gènes se démultipliait sous l’effet de l’hyperpropulsion et de la gravité. Cette mutation rapide dans l’espace pourrait donc donner aux scientifiques la possibilité d’anticiper et de devancer les futures potentielles mutations de ces mêmes agents pathogènes sur Terre.

Selon la NASA, « l’expérience fournira des données qu’on utilisera pour établir de futurs modèles prédictifs afin de contrer les mutations des maladies résistantes, et lancer le développement de nouveaux antibiotiques. »

Nous sommes désormais en 2017 et la résistance aux antibiotiques est plus que jamais un véritable problème, ayant de plus trouvé un nouvel écho avec un événement récent. En effet, une patiente américaine est morte d’une infection bactérienne après avoir reçu un traitement composé de 26 antibiotiques différents !

La question est devenue alarmante, comme le souligne l’OMS en déclarant que « la résistance aux antibiotiques constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement. »

Ainsi, l’expérience, en cas de succès, pourrait sonner le glas d’une possible nouvelle composante de la conquête spatiale, qui pourrait bel et bien être un moyen de répondre à des problématiques liées à la santé publique, ici sur notre planète.

Sources : L’AtelierOMSVoxScience Alert