in

Connaissez-vous les nintendinitis, ces maux physiques liés aux jeux vidéos ?

Crédits : iStock

Des chercheurs néerlandais ont identifié une somme de pathologies liées à un usage extrême des jeux vidéos. Une quarantaine d’études ont été mises à jour concernant les affections musculosquelettiques liées à ce genre de pratique depuis des décennies. Voici les « nintendinitis »!

Le mardi 16 décembre 2014, le British Medical Journal publie une étude de l’université de Groningen aux Pays-Bas qui rapporte les relevés et observations des blessures les plus habituelles causées par les produits de Nintendo. Une quarantaine d’autres études ont été utiles à cette équipe afin de retracer la chronologie et comprendre l’évolution de ces maux physiques.

Ces problèmes de santé résultent du maniement de certaines manettes et relèvent le plus souvent d’affections musculaires ou d’inflammation des tendons. Le terme « nintendinitis » est une contraction de Nintendo, célèbre fabriquant japonnais de jeux vidéo et « tendinite », inflammation des tendons qui se déclare après leur sollicitation trop intensive ou mal gérée. Le sens du terme « Nintendinitis » évoluera avec les différentes consoles de la marque nippone, et avant la sortie de la Wii en 2006, le terme désigne les maux relatifs à l’ergonomie des manettes de jeu.

En 1990, des signes de nintendinitis apparaissent chez une femme de 35 ans qui se plaint de terribles douleurs au pouce droit après avoir passé 5 heures non-stop devant sa console Super Nintendo. En 1997 arrive la Nintendo 64 dont la manette comporte un joystick analogique préféré à la traditionnelle croix directionnelle. Seront ainsi recensés des cas d’ulcération du pouce gauche, sans cesse sollicité.

La sortie de la Wii est une révolution pour la marque. Les commandes traditionnelles sont abandonnées au profit de capteurs donnant la possibilité au joueur de se repérer dans l’espace et de retranscrire ses mouvements sur l’écran. De nouvelles sortes de problèmes physiques sont alors relevés. Le corps entier est sollicité lors des interactions de l’utilisateur avec le jeu, apportant une variété plus importante de blessures.

Les « nintendinitis » attribuées à l’utilisation de la Wii sont les Wiitis (tendinites ou gonflements), les Wii Knee (blessures du genou), et les Surgerii (blessures sérieuses de type fractures, lésions ou lacérations).

Les chercheurs de l’université de Groningen tiennent à rappeler que les jeux vidéos comportent quand même quelques vertus reconnues par les médecins. Parmi elles, l’amélioration des réflexes, de la mémoire, ou encore le ralentissement de la neurodégénérescence. La Wii en particulier serait un bon moyen de travailler l’équilibre des personnes âgées ou atteintes des maladies de Parkinson ou de la sclérose en plaques, tandis que la perte de poids lui est également associée.

Enfin, les problèmes de santé liés aux jeux vidéos ne concernent bien sûr pas seulement la firme Nintendo, et l’adepte de ce type de jeux aura quasi peu de chance de se faire mal, à moins que ce soit son activité principale.

Sources : Sciences et Avenir — HuffingtonPostBritish Medical Journal