in

Connaissez vous l’araignée tournoyante et son étonnante technique de chasse ?

Crédits : Keisotyo / Wikipedia

Oecobius amboseli est un petit prédateur originaire d’Afrique de l’Est qui sévit sur les murs et plafonds des habitations. Observé depuis une décennie au Danemark, aux Pays-Bas et tout récemment en Belgique, l’animal est aussi appelé araignée tournoyante en raison de ses techniques de chasse qui ne laissent rien au hasard.

Si les termes « araignée africaine » réveillent en vous des images effrayantes dignes d’un Indiana Jones, rassurez-vous : la petite Amboseli (moins de trois millimètres) sélectionne des proies de son calibre. Une fois celles-ci ralenties par sa toile en entonnoir, l’araignée applique la méthode de capture qui lui a valu son nom : elle tournoie à toute vitesse autour de sa victime tout en l’aspergeant de soie, et l’immobilise avant de se nourrir sur place.

Les raisons d’une telle impatience ? Amboseli n’est pas très casanière, et ne fait donc pas de réserves dans sa toile. Agissant comme un trappeur, elle choisira plutôt des abris temporaires en fonction des ressources. Et si son repas venait à être interrompu, elle préfèrera fuir sa position à toutes pattes plutôt que la défendre.

Les statistiques au service de l’obstination

S’agit-il de retraites calculées ou d’un caractère particulièrement farouche ? Toujours est-il que Amboseli n’abandonne pas la partie pour autant. Dès que le risque semble écarté, l’araignée ratisse littéralement la zone afin de retrouver son dû. La technique est simple et répétitive, mais terriblement fiable : en décrivant une spirale de plus en plus large autour d’elle-même, l’arachnide finit immanquablement par retrouver son précieux butin…

La vidéo ci-dessous illustre la même méthode de capture utilisée par sa proche cousine, Oecobius Navus.

Sources :  7sur7piwigo, araneae

– Illustration : Caricato da Keisotyo