in

Le Concorde aura un successeur, et c’est la NASA qui s’en charge !

Crédits Lockheed Martin, Nasa

Le groupe aérospatial américain Lockheed Martin a remporté un contrat de recherche auprès de la Nasa pour travailler sur la conception d’un avion supersonique silencieux et abordable, capable de transporter des passagers.

La grande aventure du transport aéronautique supersonique prit ses quartiers à la fin des années 50, suite aux études britanniques sur le De Havilland Comet et françaises sur le projet Super Caravelle. Le 29 novembre 1962, ces deux programmes pourront fusionner et cinq ans plus tard, le tout premier Concorde sortira de son hangar, à Toulouse. Les vols commerciaux commenceront en 1976, mais se termineront 27 ans plus tard, en 2003. La forte consommation de carburant de l’appareil a rendu non rentable son exploitation. Un déclin précipité par un crash en juillet 2000, seul accident majeur d’un Concorde, mais qui entraîna la mort de 113 personnes.

L’Histoire aurait de quoi freiner, et pourtant, de nouveaux avions supersoniques changeront bientôt complètement le visage de l’aviation civile. La NASA travaille en effet sur la création d’un avion de ligne supersonique en collaboration avec l’entreprise américaine Lockheed Martin. Vingt millions de dollars (18,4 millions d’euros) seront consacrés au financement du projet, et si tout va bien, les premiers essais devraient se dérouler aux alentours de l’année 2020.

Capture d’écran 2016-03-02 à 16.56.34
Crédits : Twitter / NASA

La forte consommation de carburant oui, mais pas que. Le Concorde était aussi très bruyant, trop bruyant, dès que celui-ci passait le mur du son. C’est pourquoi la NASA travaille afin de rendre les vols plus écologiques, plus sûrs et moins bruyants. L’agence évoque d’ailleurs évoque un avion dont la signature sonore s’apparentera à « un battement de cœur », un bruit sourd plutôt qu’un bang perturbateur caractéristique des vols au-delà de la vitesse du son. Charles Bolden, le patron de la NASA, qui dévoilait son nouveau projet à l’aéroport Ronald Reagan de Washington, ajoute également que l’un des principaux objectifs sera également de réduire la consommation de carburant, et donc les émissions polluantes, grâce à des innovations dans la conception des avions qui s’éloignent des formes conventionnelles.

Pour les travaux préliminaires sur ce projet, Lockheed Martin recevra environ 20 millions de dollars sur 17 mois. Une fois les études de faisabilité établies, la NASA demandera aux entreprises de soumettre des projets pour construire un appareil expérimental pouvant être piloté et capable de voler à des vitesses supersoniques. Le véritable appareil, lui, pourrait voler d’ici à 2020.

Sources : NasaSputniknews