in ,

Les compteurs Linky représentent-ils un danger ?

Crédits : Ener356 - wikipedia

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) a récemment mené une étude dont le but était de déterminer si les compteurs électriques Linky comportaient un danger relevant de la santé publique. Ces compteurs, en vigueur depuis décembre 2015, avaient été mal reçus à cause des ondes électromagnétiques engendrées.

À la sortie du compteur Linky, de nombreux sites Internet se sont insurgés des possibles dégâts sur la santé ainsi que de la façon dont l’État prévoyait d’imposer cette nouvelle norme. Côté santé, les ondes électromagnétiques auraient été mises en cause en ce qui concerne des problèmes causés chez les personnes atteintes de sensibilité électromagnétique.

Cependant, une étude récente de l’ANFR indique que le compteur Linky emmétrait moins d’ondes qu’une simple plaque à induction. Cette nouvelle représente un point positif pour Enedis (anciennement ERDF), la filiale d’EDF chargée de la gestion de 95% du réseau de distribution d’électricité en France.

Rappelons qu’en 2007, ERDF avait commencé à travailler sur le projet Linky et avait présenté le premier prototype en 2009, avant une expérimentation en Indre-et-Loire la même année dans plusieurs milliers de foyers. Validés en 2011, les compteurs Linky ont commencé à apparaître dans les foyers en fin d’année 2015, à une cadence de 300.000 installations par mois.

Le compteur Linky n’est autre qu’un compteur intelligent et connecté, s’intégrant dans un vaste réseau de communication. L’intérêt se trouve principalement dans le fait que les relevés de consommation électrique peuvent désormais se faire à distance, sans la nécessité de mobiliser un agent, une économie certaine pour ERDF. C’est également le cas en ce qui concerne la modification de la configuration de l’appareil.

Les craintes affichées portaient sur le moyen par lequel la filiale d’EDF communique avec les compteurs, à savoir les Courants porteurs en ligne (CPL). Selon l’étude de l’ANFR, les compteurs Linky n’émettraient pas de champs magnétiques supérieurs aux anciens compteurs, ni même à une plaque à induction. Afin d’affirmer cela, de nombreuses mesures ont été faites en laboratoire ainsi que chez des particuliers équipés.

L’ANFR précise que le compteur Linky émettrait entre 0,25 et 0,8 volt par mètre, et ce dans un rayon de 20 centimètres autour de ce dernier, un taux dégressif au fur et à mesure que l’on s’en éloigne. L’agence estime que ces taux sont acceptables, tandis que la limite réglementaire est fixée à 87 volts par mètres.

Il reste que la diffusion du compteur Linky en France a longtemps été attribuée à une invasion forcée des foyers, ne laissant guère le choix aux particuliers sous peine d’amende. En réalité, les particuliers comme les entreprises peuvent les refuser sans problème à en croire ce site Web. Cependant, comment expliquer la mésaventure qui arrive actuellement à Montferrand-du-Périgord, une petite commune de Dordogne ayant refusé l’installation des compteurs Linky pour 2019 ?

Petite parenthèse : il est désormais possible de comparer les offres des fournisseurs en temps réel afin de réaliser des économies sur sa facture d’énergie, et de changer de fournisseur sans gérer la paperasse. Ce service Hellowatt est gratuit.

Sources : Futura SciencesFredZone