in ,

Une comparaison imagée de la puissance des tremblements de terre à travers le monde

Capture vidéo Youtube

Spécialisée dans la comparaison scientifique imagée, la chaîne YouTube Reigarw Comparisons nous offre une visualisation des différentes puissances des tremblements de terre selon leur magnitude, ainsi que leur fréquence et les conséquences qu’ils peuvent avoir.

« Comparons les tailles, les vitesses, les prix et tout ce qui peut être intéressant », voilà ce qui est dit dans la description de la très intéressante chaîne YouTube Reigarw Comparisons. Il y a quelques jours, après les volcans, les tsunamis, les galaxies ou encore les planètes, c’est une comparaison des tremblements de terre et de leur puissance qui a été publiée en vidéo.

Cette vidéo nous offre une vision différente, une manière de nous rendre mieux compte de l’impact et de la puissance que peut avoir un tremblement de terre où qu’il soit dans le monde, en gardant à l’esprit que lorsqu’il évolue de +1 en magnitude, un tremblement de terre devient en réalité 33 fois plus puissant.

Ainsi, les séismes de magnitude 1 ne peuvent être ressentis par les humains, seuls les séismographes peuvent les détecter. Les séismes de magnitude 2 ne peuvent être ressentis que par des personnes extrêmement sensibles. Il s’en produit environ un million par an. Là où les objets commencent à trembler légèrement, c’est avec les séismes de magnitude 3, qui se produisent à fréquence de 100 000 fois par an sur Terre. Pour ceux de magnitude 4, la plupart des personnes les ressentent et les objets se déplacent. Il s’en produit environ 10 000 par an, par exemple le 7 décembre dernier, à Julian en Californie ou encore le 12 novembre dernier, à Gonzales, toujours en Californie, pour une magnitude de 4,6.

Les séismes de magnitude 5 provoquent les mouvements des meubles et des dommages aux bâtiments les plus faibles. Il s’en produit environ un millier par an, comme en Corée du Sud le 16 novembre dernier, de magnitude 5,4, laissant 1 500 personnes privées de foyer ou le 18 janvier dernier, au centre de l’Italie, de magnitude 5,7, causant la mort d’une trentaine de personnes.

Viennent ensuite les séismes de magnitude 6, à une fréquence de 100 par an provoquant de sérieux dégâts à la plupart des bâtiments. L’exemple le plus célèbre est celui de Kobe, en janvier 1995 au Japon, de magnitude 6,9, qui avait laissé une facture des dégâts s’élevant à environ 200 milliards de dollars.

Crédits : Angelo_Giordano/Pixabay

Les séismes de magnitude 7 détruisent tout. On pense à celui de Gorkha en 2015 au Népal, d’une magnitude de 7,8 ou encore à celui de San Francisco, en 1906, de la même magnitude et qui est toujours le tremblement de terre le plus puissant jamais enregistré.

Les séismes de magnitude 8 se produisent environ une fois par an, quant aux séismes de magnitude 9, c’est une fois tous les 10 ans. On parle de celui de Valdivia au Chili en 1960, le tremblement de terre le plus puissant jamais enregistré dans l’histoire de l’humanité, avec une magnitude de 9,5.