in

Comment se débarrasse-t-on d’une carcasse de baleine ?

Crédit : WikimediaImages / Pixabay

Comment se débarrasse-t-on d’une carcasse de baleine morte ? Il peut en effet arriver que des cétacés viennent s’échouer sur le bord des plages. Le corps du mammifère ne peut être laissé sur place : les risques seraient trop nombreux. Comment alors s’y prend-on ?

Il y a quelques jours, le corps d’un petit rorqual était retrouvé sur une plage de la ville de Rye, dans le New Hampshire, aux États-Unis. Dans une vidéo postée sur Twitter par un journaliste, on observe alors un tracteur tentant laborieusement de déposer la carcasse de l’animal dans une benne visiblement trop petite. Le corps de l’animal se retrouve alors au sol, en attendant l’arrivée d’une benne plus grande. Pourquoi un tel traitement ? Parce que la carcasse devait être transférée sur un autre site pour une autopsie.

De nombreuses baleines s’échouent en effet depuis quelques années dans la région. Les carcasses non décomposées se présentent alors comme des aubaines, permettant aux chercheurs d’évaluer les causes de la mort de l’animal (hélices de bateaux, maladies infectieuses, etc.). Les résultats sont ensuite transmis à la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), permettant ensuite la mise en place éventuelle de mesures visant à mieux gérer les populations de mammifères marins.

Si ce n’était pas le cas ici, le moyen le plus simple de réaliser l’autopsie est de la faire sur place, si les conditions le permettent (notamment au niveau de la place). Si tel est le cas, les chercheurs peuvent étudier la carcasse dans les 24 heures suivant le décès de l’animal, avant que le corps ne commence à se décomposer. On enterre ensuite la carcasse directement sur place, si et seulement si le sol est assez profond. S’il n’est pas possible d’enterrer l’animal, la carcasse doit être évacuée.

Impossible de la remettre à l’eau, le corps de l’animal représentant un danger potentiel pour la circulation maritime. Les biologistes peuvent alors faire appel aux gardes-côtes pour remorquer la dépouille vers un autre site d’enfouissement. Si elle ne peut être enterrée ailleurs, il arrive parfois qu’une carcasse se retrouve dans une décharge, ou dans un centre de compostage, bien qu’il soit illégal de vendre des parties de mammifères marins (espèces protégées).

Enfin dernière option : il peut arriver que les autorités locales s’associent à des organismes marins à but non lucratif pour éliminer la chair et ne garder que les os, qui seront ensuite nettoyés et présentés dans des musées. L’entreprise demande en revanche beaucoup de temps, et beaucoup d’argent.

Source

Articles liés : 

Les requins-baleines pourraient vivre jusqu’à 130 ans

Cet ancêtre des baleines vous aurait déchiré en lambeaux

Les baleines à bosse de l’Antarctique se rétablissent peu à peu de leur quasi-extinction