Comment réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 ?

Crédits : Pixabay

Un groupe d’experts sur le climat vient de publier une feuille de route, détaillant plusieurs mesures à mettre en place dans le but de réduire de moitié nos émissions carbone d’ici 2030.

À moins que vous ne viviez dans une grotte depuis plusieurs années, vous êtes au fait qu’un réchauffement accéléré de la planète est en cours. Depuis des décennies. Les dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées depuis l’ère pré-industrielle. Un récent rapport nous apprenait également qu’il n’a jamais fait aussi chaud sur Terre depuis 2 000 ans. Et que cette période de réchauffement concerne désormais l’ensemble de la population mondiale. Et ça n’est pas près de s’arrêter. Une étude publiée il y a quelques jours par des chercheurs français nous révélait que les températures mondiales pourraient augmenter de 7 °C d’ici 2100. Nous pourrons en revanche encore inverser (ou du moins ralentir) la tendance. Mais pour cela, des mesures immédiates doivent être mises en place.

L’initiative ExponentialRoadmap.org réunit plusieurs acteurs dans les domaines technologiques, numériques et scientifiques. Des ONG telles que Future Earth ou le WWF en font également partie, pour ne citer qu’elles. Le principal objectif de ces rassemblements vise à proposer des solutions permettant de vivre dans un monde meilleur. Il y a quelques jours, un nouveau rapport était publié, avec dans le viseur une réduction drastique de nos émissions de gaz à effet de serre qui, nous le savons maintenant, sont responsables de l’actuelle crise climatique. Le papier détaille au total 36 solutions visant à réduire de moitié ces émissions d’ici 2030. En voici quelques-unes.

En finir avec les combustibles fossiles

On apprend dans un premier temps que les technologies vertes – solaires, éoliennes, principalement – deviennent de plus en plus rentables. Plus que le charbon, en tout cas. Et qu’en intensifiant les investissements en ce sens, ces technologies pourraient, à elles seules, réduire de moitié les émissions provenant de la production d’électricité d’ici 2030. Toujours dans un souci de réduction de l’utilisation des combustibles fossiles, il est impératif que le parc automobile bascule vers un avenir électrique. Si la volonté et les moyens mis en œuvre sont au rendez-vous, la croissance des véhicules électriques pourrait atteindre 90 % de part de marché d’ici 2030.

Crédits : iStock

Le pouvoir du peuple et des grandes entreprises

Les responsables de ce rapport soulignent également l’importance du peuple dans ces objectifs. En adoptant de nouvelles habitudes alimentaires moins gourmandes en énergie, par exemple. Cela passe par manger moins de viande. Ou en mettant la pression sur les politiques mises en place, dans le but de favoriser la transition.

Avec le soutien du public, les principaux dirigeants sont effectivement plus en mesure d’adopter des mesures plus audacieuses en faveur du climat. Il sera nécessaire de repenser nos villes, ou de mieux gérer les terres. Ces chantiers, qui impliquent d’importants investissements, ne peuvent se faire qu’avec un soutien inconditionnel des populations. « Les mouvements civils ont le pouvoir de conduire la transformation nécessaire dans la prochaine décennie », affirment les auteurs du rapport.

Owen Gaffney, directeur de la stratégie au Centre de résilience de Stockholm, en appelle également aux grandes entreprises numériques telles que Facebook, Amazon et Google. « Étant donné que ces plateformes jouent désormais le rôle de médiatrices dans le comportement et la consommation, elles pourraient faire davantage pour soutenir les objectifs de la société, en évitant de promouvoir des activités à haute émission de carbone ».

manifestation climat
Crédits : Pixabay

L’Homme peut le faire

Ces mesures paraissent irréalistes, au premier regard. Car elles impliquent des changements profonds dans notre société. Mais les auteurs sont confiants. « Les points de basculement sociaux et économiques sont en train de s’aligner, note en effet Christiana Figueres, ancienne responsable du climat à l’ONU. Nous pouvons maintenant affirmer que la prochaine décennie pourrait potentiellement connaître la transition économique la plus rapide de l’histoire ».

Johan Rockström, directeur de l’Institut de recherche sur l’impact du climat de l’Université de Potsdam, convient que nous entamons aujourd’hui une véritable course contre la montre. Mais il souligne également que « des entreprises, et même des industries entières, ont connu de nombreuses transitions importantes en moins de 10 ans ».

Source

Articles liés :

Des tonnes de gaz à effet de serre menacent d’être libérées en Alaska

Nos sacs en plastique libèrent des gaz à effet de serre

Ces 100 entreprises sont responsables de 71 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre