in

Comment marchent les tardigrades ? Voici quelques images

Crédits : Lisset Duran

Des chercheurs se sont récemment concentrés sur les capacités de locomotion des tardigrades en milieu terrestre. À leur grande surprise, la démarche de ces animaux était très similaire à celle des insectes. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue PNAS.

Les tardigrades sont souvent dépeints comme les créatures les plus résistantes de la planète. Et pour cause, ces petits invertébrés sont connus pour supporter des températures aussi basses que -272°C, quand d’autres peuvent survivre sans eau ni oxygène pendant de nombreuses années. Certaines espèces peuvent également supporter pressions océaniques écrasantes là où d’autres s’acclimatent au vide spatial. Plus récemment, une étude nous révélait que les tardigrades étaient aussi capables de survivre à des impacts à très grande vitesse.

Si de nombreuses études se sont donc intéressées à leur incroyable robustesse, d’autres se focalisent sur des sujets plus pratiques. Il y a quelques années, une équipe du Musée d’Histoire Naturelle Senckenberg à Görlitz, en Allemagne, avait notamment pu filmer l’accouplement de ces oursons d’eau pour la toute première fois. Plus récemment, des chercheurs de l’Université Rockefeller se sont posé la question suivante : comment ces minuscules créatures marchent-elles ?

Une démarche semblable à celle des insectes

Les tardigrades figurent parmi les plus petits animaux à pattes connus. À notre connaissance, ils sont également les seuls animaux à corps mou à pouvoir marcher sur la terre ferme. Les tardigrades possèdent ainsi un ensemble d’outils locomoteurs particulièrement polyvalents leur permettant de se déplacer dans une vaste gamme d’environnements (eau douce ou milieux marins et terrestres).

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont examiné la cinématique et la coordination interpattes de tardigrades marchant librement (Hypsibius exemplaris). L’équipe a constaté que la démarche de ces créatures reproduit plusieurs caractéristiques clés observées chez les insectes, bien que ces deux groupes soient très différents (et que les insectes fassent au moins 500 000 fois leur taille).

L’une des choses les plus cool et au départ les plus surprenantes était à quel point ils étaient doués“, écrit la biologiste mécanique Jasmine Nirody. “Ils ont une démarche régulière et cela ressemble remarquablement à celles d’animaux beaucoup, beaucoup plus gros !“. D’après les chercheurs, certains tendaient à se promener tranquillement sur le substrat proposé, tandis que d’autres pouvaient courir à la vue d’une cible potentiellement intéressante.

tardigrades
Crédits : Nirody et coll., PNAS, 2021

L’équipe a également examiné les tardigrades essayant de marcher sur des substrats proposant des niveaux de rigidité différents dans le but de déterminer comment cela affectait leur marche. Ils ont constaté que les oursons adaptaient leur locomotion en conséquence. Ils étaient en revanche plus à l’aise sur la surface de gels (plus de rigidité) et moins sur du verre lisse (moins de rigidité). “Cette stratégie a également été observée chez les arthropodes pour se déplacer efficacement sur des substrats fluides ou granulaires“, souligne le Dr Nirody.

tardigrades
Un tardigrade marchant sur un gel plus rigide. Crédits : Lisset Duran

Quant à savoir pourquoi les tardigrades marchent autant comme les insectes, la question est encore ouverte. Les chercheurs ignorent s’il pourrait y avoir un ancêtre commun potentiel ou si le trait de marche a évolué séparément chez ces deux organismes.