in

Comment l’extinction des dinosaures a amené à la diversité des requins d’aujourd’hui

Crédits : Wikipédia / Albert kok

Une récente analyse de centaines de dents de requins fossilisées suggère que la biodiversité moderne des squales a été déclenchée par l’événement d’extinction de masse du Crétacé supérieur, il y a environ 66 millions d’années.

Dans le cadre d’un projet scientifique visant à comprendre la diversité des requins fossiles, un groupe de chercheurs de l’Université d’Uppsala, en Suède, et de l’Université de Nouvelle-Angleterre (Australie), a étudié comment certains groupes de requins ont réagi à l’extinction massive du Crétacé, qui a anéanti les dinosaures non aviaires.

Tout comme plusieurs autres groupes de vertébrés pendant le Crétacé (142-66 millions d’années), la diversité des requins semblait très différente à l’époque. Le requin de fond est le groupe de requins (aussi appelé Carcharhiniformes) le plus diversifié vivant aujourd’hui, avec plus de 200 espèces différentes. Cependant, alors que les dinosaures dominaient les milieux terrestres pendant le Crétacé, les requins-maquereaux (Lamniformes) étaient les formes dominantes dans les océans.

« Notre étude montre que ce passage de relais enter les requins Lamniformes et les requins Carcharhiniformes pourrait avoir été le résultat de l’extinction massive du Crétacé », note Mohamad Bazzi, principal auteur de l’étude. Les Carcharhiniformes sont aujourd’hui représentés par les requins-tigres, les requins-marteaux et ceux à pointes noires, tandis que les Lamniformes sont représentés – en autres – par les grands requins blancs.

Contrairement à d’autres vertébrés, les squelettes cartilagineux des requins ne se fossilisent pas facilement, c’est pourquoi les chercheurs s’appuient sur les dents de requins pour étudier leur évolution. « Heureusement, les dents de requin peuvent nous en dire beaucoup sur leur biologie, poursuit le chercheur, y compris des informations sur leur alimentation ».

L’extinction des dinosaures a permis la diversité des requins modernes. Ici le Doctorant Mohamad Bazzi avec une dent fossile de requin lamniforme. Crédit : Jordi Estefa

En s’appuyant sur des techniques analytiques de pointe pour explorer la variation de la forme des dents chez les Carcharhiniformes et les Lamniformes, les chercheurs ont pu mesurer leur diversité en calculant la gamme de variation morphologique. Ils ont été surpris de constater que – contrairement à ce qu’ils avaient imaginé – les requins semblent n’avoir subi aucune perte importante en termes de richesse d’espèces, pendant et à la suite de l’événement d’extinction. « Nous n’avons trouvé pratiquement aucun changement dans la disparité au cours de cette transition majeure », peut-on lire.

En marge de ce schéma apparemment stable, l’étude a révélé que l’événement d’extinction avait malgré tout davantage touché les requins Lamniformes. Les chercheurs ont également remarqué une prolifération subséquente des Carcharhiniformes au lendemain de l’extinction. « Les Carcharhiniformes sont le groupe de requins le plus commun aujourd’hui, et il semblerait que les premiers pas vers cette domination aient commencé il y a environ 66 millions d’années », écrivent les chercheurs.

Bien que les mécanismes menant à ce « passage de relais » soient difficiles à interpréter, les chercheurs émettent l’hypothèse que des changements dans la disponibilité des proies ont peut-être joué un rôle important. L’extinction du Crétacé final a, par exemple, entraîné des pertes importantes chez les reptiles marins et les céphalopodes, comme les calmars. Parallèlement, on observe une montée en puissance des poissons osseux.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Current Biology.

Source

Articles liés :

Les requins-baleines pourraient vivre jusqu’à 130 ans

Un ancêtre commun aux requins et aux humains vivait il y a 440 millions d’années

126 pays signent un pacte de protections des requins