in

Comment les mammifères sont “nés des cendres” des dinosaures

Crédits : HHMI Tangled Bank Studios

La découverte exceptionnelle de milliers de nouveaux fossiles nous raconte comment les mammifères ont commencé à vraiment s’épanouir suite à l’extinction des dinosaures. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science.

Il y a 66 millions d’années, un astéroïde de dix kilomètres de large vint s’abattre au large du Mexique, anéantissant 75% de la vie sur Terre. Les dinosaures non aviens ont été les plus touchés, disparaissant en quelques années seulement. Des niches se sont alors très vite libérées et visiblement, les mammifères n’ont pas hésité à les combler.

Une croissance rapide

La découverte de milliers de fossiles dans le Colorado (États-Unis) peut en témoigner. Le paléontologue Tyler Larson et son équipe, du Musée de la nature et des sciences de Denver, ont récemment examiné un affleurement rocheux nous renseignant sur les 100 000 dernières années du crétacé et le premier million d’années de l’ère Paléogène.

Cela faisait déjà une quinzaine d’années que les chercheurs tentaient de “chasser” des fossiles sur les lieux. Mais jusqu’à présent, ils avaient fait chou blanc (ou presque). “Je n’avais trouvé qu’une poignée de mâchoires de mammifère rebutée“, explique en effet le paléontologue.

Mais les choses ont vite évolué lorsque ce dernier a cessé de rechercher des os nus pour se concentrer sur des concrétions. En effet, ce type de roches peut se former autour de matériaux organiques, y compris d’os. Depuis, les chercheurs ont découvert près de mille fossiles de mammifères. Mais ce qui est encore plus frappant, c’est la vitesse à laquelle ces animaux ont évolué.

Après l’impact, les mammifères survivants ne pesaient qu’un demi-kilogramme. Néanmoins, en l’espace de 100 000 ans à peine, certaines de ces créatures atteignaient déjà les huit kilogrammes. En outre, le nombre d’espèces avait également doublé. Après 300 000 ans, ils pesaient 25 kilos et après 700 000 ans, ils pesaient encore le double.

Parmi eux figuraient notamment des rongeurs appelés Taeniolabis taoensis et des parents des animaux à sabots modernes baptisés Eoconodon coryphaeus.

fossiles
Quelques-uns des fossiles de mammifères découverts. Crédits : HHMI Tangle Bank Studios

Les plantes en ont profité aussi

Les mammifères n’ont pas été les seuls à bénéficier de cette extinction de masse : les plantes également ! Si les fougères tapissaient la plupart des terrains avant l’impact, ce sont les palmiers qui ont pris ensuite la relève à la faveur de températures plus chaudes.

Les chercheurs expliquent également avoir découvert le tout premier membre de la famille des haricots. Visiblement, le légume sec s’épanouissait déjà il y a 65 millions d’années. Nous pensions auparavant qu’il s’était installé dans la région sept millions d’années plus tard. C’est d’ailleurs probablement grâce à ces premières légumineuses riches en protéines que les mammifères ont pu connaître une telle poussée de croissance.

Une autre explication à cette incroyable expansion est le fait que les premiers mammifères, tous nocturnes, ont commencé à sortir le jour peu après l’extinction des dinosaures. Il y avait en effet moins de prédation. De fait, la recherche de nourriture était beaucoup plus simple.

Source

Articles liés :

Ces anciens carnivores terrorisaient les dinosaures il y a 210 millions d’années

Dinosaures : le jour où tout a basculé

Une plante datant de l’époque des dinosaures est réapparue au Royaume-Uni