in

Comment les battements de cœur influencent les risques d’accidents de la route

Crédits : Pixabay

Une récente étude suggère que les conducteurs risquent davantage de subir un accident de la route si un obstacle apparaît en même temps… qu’un battement de cœur.

La probabilité d’avoir un accident de la route dépend souvent de notre temps de réaction. Plusieurs facteurs peuvent l’influencer. Le fait d’avoir bu de l’alcool, de répondre au téléphone ou d’écrire un texto au volant, par exemple. Mais saviez-vous que votre rythme cardiaque pouvait également jouer un rôle ? C’est en effet ce qui ressort d’une étude menée par Sarah Garfinkel et son équipe, de l’Université du Sussex (Royaume-Uni).

Un temps de réaction plus long pendant un battement de cœur

Pour examiner la manière dont le rythme de nos cœurs pouvait influencer nos temps de réaction, les chercheurs ont conçu un jeu de conduite en réalité virtuelle. Pendant que les participants évoluaient sur la route, des obstacles apparaissaient de temps en temps. Soit lors d’un battement, soit entre deux battements de cœur.

Il est alors ressorti que lorsque les obstacles surgissaient au même moment que les battements de cœur, les temps de réaction des conducteurs étaient plus lents. Ils risquaient ainsi davantage l’accident. « Si vous conduisez, que vous êtes très excité et que votre cœur bat fort et vite, vous aurez plus de systoles cardiaques [contractions ventriculaires], ce qui perturbera votre temps de réaction et votre capacité à éviter les objets », peut-on lire dans l’étude.

battement de coeur voiture
Votre rythme cardiaque peut influer sur la probabilité que vous ayez un accident de la route. Crédits : Pixabay

Cœur et cerveau intimement liés

Des recherches avaient déjà souligné le rôle de ces systoles sur la capacité de notre cerveau à traiter les stimuli. Il y aurait un effet “inhibiteur” sur la douleur, par exemple. Si l’on vous pique le doigt avec une aiguille, ce stimuli sera effectivement perçu comme moins douloureux s’il coïncide avec un battement de cœur.

Sarah Garfinkel avait également relevé que ces systoles pourraient influencer notre capacité mémorielle. Si l’on vous montre une série de mots, soit en étant raccord avec vos battements de cœur, soit de manière irrégulière, vous serez plus susceptibles d’oublier les mots énoncés en même temps que vos battements de cœur.

Ainsi, nos récepteurs qui se déclenchent à chaque fois que notre cœur se contracte, en plus de contribuer à la régulation de notre pression artérielle, semblent également affecter certaines de nos fonctions cognitives. « Il semble donc y avoir des phases cardiaques “meilleures” et “moins bonnes” pour le traitement sensoriel », explique Michael Gaebler de l’Institut Max Planck pour les sciences cognitives et cérébrales humaines en Allemagne.

Articles liés :

Comment le fait de mal dormir peut nuire à votre cœur ?

Pourquoi les chiens aiment-ils sortir la tête par la fenêtre des voitures ?

Tesla va développer l’offre “jeux vidéo” à bord de ses voitures