in ,

Comment le tabac peut-il aider la recherche contre le Covid-19 ?

Crédits : Newcotiana

Un projet européen se concentre sur ce que l’on nomme l’agriculture moléculaire en intégrant des plantes de tabac dans les recherches. Le fait est que ces plantes permettent de produire des molécules sur-mesure. Or, ce genre de technique pourrait être très utile pour produire le futur vaccin contre le Covid-19.

Utiliser des plantes de tabac

De nombreuses équipes de chercheurs travaillent actuellement à la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19. Peu importe quand celui-ci sera prêt, un sacré challenge attend l’industrie pharmaceutique dans tous les cas. En effet, il faudra produire ce vaccin rapidement et en grande quantité. Comme l’explique Euronews dans un reportage du 25 mai 2020 (voir vidéo en fin d’article), il s’agira d’avoir recours à des techniques de production sophistiquées.

Il s’avère que ces techniques sont étudiées par l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire des plantes de Valence (Espagne). Cet institut pilote le projet européen Newcotiana, collaborant avec des scientifiques de plusieurs pays européens mais également d’Australie. Le fait est que différentes équipes de chercheurs travaillent sur la production de molécules sur-mesure. Ceci est rendu possible grâce à des plantes de tabac qui agissent en qualité de “bio-usines”. Or, il est ici question d’agriculture moléculaire, une discipline appartenant aux biotechnologies.

plante tabac covid 19
Les chercheurs modifient le génome des plantes de tabac en y injectant de l’ADN. Crédits : capture YouTube / Euronews

Modifier le génome de la plante

Les scientifiques s’intéressent à une espèce de tabac en particulier : la Nicotiana Benthamiana. Il s’agit d’une espèce indigène d’Australie qui se révèle être un modèle en biologie végétale, en particulier dans le domaine des interactions hôte-pathogène. Celle-ci est déjà utilisée dans le cadre de la production de vaccins et d’anticorps, notamment contre le virus Ebola.

Selon les porteurs du projet, il s’agit d’imposer aux plantes la fabrication de substances que ces dernières ne produisent pas habituellement. Les chercheurs introduisent dans le génome de la plante un matériel génétique qui contient l’information. Et c’est cette information qui dictera à la plante ce qu’elle doit produire : anticorps, vaccins, etc. Ainsi, il est question de modifier les gènes de la plante en y injectant des enzymes particulières coupant l’ADN. Autrement dit, nous avons ici une technique d’édition génomique qui n’est pas sans rappeler les ciseaux génétiques CRISPR-Cas9.

L’avenir nous dira si cette technique permettra de fabriquer un vaccin contre le Covid-19. Toutefois, les scientifiques semblent confiants. Voici le reportage de Euronews présentant ce projet :