in

Comment l’Australie empêche ses déchets de rejoindre les océans

Crédits : Keith Anderson sur Facebook

Une des menaces pour l’eau et les écosystèmes est incarnée par les déchets solides évacués dans les égouts. En Australie, une solution extrêmement simple a été trouvée, avec une sorte de filet empêchant les détritus de finir dans les cours d’eau et les océans !

En milieu urbain, les fortes précipitations et l’accumulation de l’eau de pluie font que les déchets de la ville se retrouvent dans les cours d’eau via le réseau d’égouts. Cette source de pollution pourrait être évitée si ceux-ci étaient équipés de dispositifs adéquats.

Le 8 août 2018, un ingénieur australien a pourtant publié sur Facebook une photo ayant connu un certain succès (voir en tête d’article). Il s’agit d’un genre de filet aux mailles solides, placé à l’embouchure d’un égout, laissant passer l’eau mais retenant les déchets. Comment ne pas y avoir pensé avant ?

Alors que le projet The Ocean Cleanup est sur le point de déployer son premier barrage faisant face au vortex de déchets plastiques de l’océan Pacifique-nord, il serait utile de trouver davantage de solutions concernant les déchets des zones urbaines qui se retrouvent dans les cours d’eau et terminent leur course dans les mers. En juillet 2018, les plages de Mumbai (Inde) ont été submergées de déchets après de fortes marées, un événement qui sonne comme un rappel à la raison.

Rappelons quelques chiffres sur la production de déchets dans le monde. Pas moins de 10 milliards de kilos de déchets sont produits chaque jour sur Terre, soit entre 3 400 à 4 000 milliards de kilos suivant les années. Chaque terrien n’est cependant pas égal devant la production de déchets. Par exemple, un Américain produit en moyenne 700 kg de déchets par an (600 kg pour un Européen) alors qu’un individu vivant dans une grande ville d’un pays en voie de développement en produit entre 150 et 200 kg.

Source

Articles liés :

Vidéo : des rivières de déchets plastiques coulent en Asie !

Contaminés par les déchets plastiques, les océans pourraient nous réserver une mauvaise surprise…

Et si on jetait nos déchets dans la lave ?