in

Comment le Japon compte remplacer ses centrales nucléaires par une station solaire orbitale

Crédits : Denise Watt / Wikimedia Commons

Le désastre de Fukushima en mars 2011 aura mis en lumière un point essentiel : la remise en question de la dépendance énergétique du Japon face à son industrie nucléaire. Il fallait alors trouver des alternatives viables à un système vieillissant et dangereux. L’Agence Japonaise pour l’Exportation Spatiale, la JAXA, tient peut-être la solution puisqu’elle table sur l’élaboration de panneaux solaires qui seraient envoyés dans l’Espace.

Prévus pour 2030, ces panneaux solaires photovoltaïques seraient reliés à une station orbitale, et pourraient redistribuer sur Terre une énergie très proche de celle fournie par une centrale nucléaire classique, soit 1 Gigawatt, pour fournir en électricité environ 294 000 foyers. Ce projet ambitieux devra toutefois passer par des étapes de tests, prévus pour 2020 avec l’envoi d’une station énergétique de 100 KW SPS en orbite, une sorte de version simplifiée.

Cependant, la taille de ce projet colossal et les investissements qu’il implique semblent freiner la coopération internationale, pourtant essentielle à sa réalisation selon la JAXA. L’agence fait ainsi face à plusieurs obstacles, comme l’hostilité de l’environnement spatial, la durée de vie des systèmes photovoltaïques connus ou encore un manque d’engouement et de coopération de la communauté internationale. Malgré tout, le Japon semble tenir là une idée capable de modifier totalement notre dépendance à un système qui n’est plus en phase avec les enjeux internationaux et écologiques.

« Si l’humanité embrasse vraiment l’énergie solaire spatiale, un anneau de satellites en orbite pourrait fournir de l’énergie presque illimitée, mettant fin aux plus grands conflits sur les ressources énergétiques de la Terre. Nous allons commencer à créer une civilisation prospère et pacifique au-delà de la surface de la Terre », a ainsi déclaré Susumu Sasaki, journaliste spécialisé à Spectrum.

Sources : Spectrum, io9