in

Une nouvelle hypothèse pourrait enfin expliquer la mort de Bruce Lee

Crédit : Paramount

Considéré sans doute comme le plus grand artiste martial à l’écran de tous les temps, Bruce Lee est décédé subitement le 20 juillet 1973 à l’âge de 32 ans. La cause de sa mort est un œdème cérébral. Jusqu’à présent, nous pensions que ce gonflement du cerveau était dû à une réaction allergique à un médicament antidouleur. Une équipe propose aujourd’hui une autre hypothèse.

Nous sommes le 20 juillet 1973, à l’hôpital Queen Elizabeth de Hong Kong. Il est près de minuit et la nouvelle se répand comme une traînée de poudre : Bruce Lee, le roi du Kung Fu, est mort. Admis aux urgences aux alentours de 22h30, tout aurait été mis en œuvre pour le sauver, en vain. D’après l’autopsie, la cause officielle de la mort de l’acteur est un œdème cérébral consécutif à une réaction allergique à un analgésique : l’Equagesic. Bruce Lee en prenait pour soulager ses maux de tête de plus en plus violents et récurrents.

Toutefois, dans le cadre d’une nouvelle étude publiée dans le Clinical Kidney Journal, des chercheurs proposent un autre diagnostic.

Probablement une hyponatrémie

Il est bien documenté que le célèbre acteur a souffert de maux de tête et d’étourdissements vers 19h30, peu de temps après avoir fumé du cannabis et bu de l’eau. Il a ensuite pris un analgésique appelé Equagesic (qui est un mélange d’aspirine et de méprobamate) avant de mourir deux heures plus tard.

D’après l’autopsie, son cerveau avait gonflé pour atteindre 1 575 grammes, ce qui est bien au-dessus de la moyenne de 1 400 grammes. Il a donc été conclu que Bruce Lee avait succombé à ce fameux œdème cérébral qui aurait été provoqué par une réaction extrême à l’Equagesic.

Cependant, les auteurs de l’étude rappellent qu’il n’a pris ce médicament qu’après avoir ressenti des maux de tête. Autrement dit, il est fort probable que son cerveau avait commencé à gonfler avant de prendre le cachet. En outre, ils soutiennent que si une hypersensibilité à l’Equagesic était effectivement la cause de ce décès, les médecins auraient dû isoler d’autres traces physiques lors de l’autopsie, en plus de l’œdème. Après avoir passé en revue tous les faits connus entourant la mort de l’acteur, les scientifiques proposent désormais que la cause du décès était effectivement bien un œdème cérébral, mais que ce dernier était dû à une hyponatrémie.

Bruce lee
Statue en bronze de Bruce Lee sur l’Avenue des Stars de Hong Kong.

Plusieurs facteurs de risque

L’hyponatrémie survient lorsque l’apport hydrique dépasse la capacité des reins à filtrer l’eau du sang. Habituellement, cela peut se produire lorsqu’une personne boit une énorme quantité d’eau en un très court laps de temps. On ignore si c’était le cas de Bruce Lee. En revanche, les auteurs soulignent que plusieurs facteurs de risque présents chez l’acteur auraient permis à une hyponatrémie de se manifester avec une charge d’eau plus faible.

Ils notent notamment plusieurs affirmations de la femme de Bruce Lee et de ses médecins selon lesquelles l’acteur avait abandonné les aliments solides pour se nourrir uniquement avec du jus de carotte et de pomme au cours des dernières semaines précédant sa mort. Un tel régime alimentaire à faible teneur en soluté pourrait avoir considérablement augmenté les risques de développer une hyponatrémie.

Bruce Lee aurait également utilisé des diurétiques pour débarrasser son corps du sodium et faire paraître ses muscles plus « dessinés » ou encore bu plusieurs bouteilles de saké par jour durant les derniers mois de sa vie.

En tenant compte de tous ces facteurs en lien avec son style de vie, les chercheurs estiment que Lee a probablement développé un œdème cérébral environ deux mois avant sa mort. Au cours de cette période, l’acteur avait souffert de vomissement et de convulsions. Ces multiples facteurs de risque l’auraient alors prédisposé à une hyponatrémie résultant d’une interférence avec les mécanismes d’homéostasie de l’eau qui régulent à la fois d’absorption et d’excrétion d’eau.