in ,

Comment ces énormes dinosaures faisaient-il pour garder la “tête froide” ?

Reconstruction de l'Euoplocephalus, un ankylosaure du Crétacé. Crédits : Wikipédia

Une récente étude menée par des chercheurs de l’Université de l’Ohio nous montre comment les Ankylosaures, énormes dinosaures blindés de l’époque du Crétacé, s’y prenaient pour réguler leur température. Ces derniers avaient développé une sorte de “clim” très élaborée, intégrée à leur museau.

Il y a 66 million d’années, il faisait chaud sur Terre. Et l’air était très humide. Si les corps massifs des plus gros dinosaures permettaient de garder efficacement la chaleur, comment s’y prenaient-ils pour éviter la surchauffe ? «Ces corps énormes que nous observons chez la plupart des dinosaures devaient évoluer avec les climats chauds du Mésozoïque, explique Jason Bourke, expert en médecine ostéopathique de l’Institut de Technologie de New York, et principal auteur de l’étude publiée dans PLos One. Les cerveaux n’aiment pas ça, alors nous voulions voir s’il y avait des moyens de protéger le cerveau de la surchauffe. Et le nez pourrait être la clé».

«Leur nez était très long et sinueux»

On associe souvent le nez au sens de l’odorat. Mais nos cavités nasales ont d’autres fonctions, notamment celle d’échanger la chaleur de notre corps. Cet effet “clim” – chez la plupart des animaux – s’appuie sur de minces boucles d’os et de cartilage situées dans les cavités nasales (cornets). Celles-ci permettent à l’air d’entrer en contact avec davantage de parois muqueuses. Plus les parois sont gonflées, plus l’air aspiré par le nez traverse ces tissus et se retrouve suffisamment réchauffé. «Mais les Ankylosaures n’avaient pas de cornets, note le chercher. En revanche, leur nez était très long et sinueux».

C’est en effet ce que propose la récente analyse des parois nasales de deux espèces d’ankylosaures : le Panoplosaurus et l’Euoplocephalus, tous deux de la taille d’un gros rhinocéros. Chez le Panoplosaurus, ces anses nasales étaient un peu plus longues que le crâne lui-même, et chez l’Euoplocephalus, elles étaient presque deux fois plus longues. Chez les deux espèces, ces cavités nasales très longues et sinueuses venaient alors s’enrouler dans le museau. Et si le mécanisme est ici différent de celui observé chez la plupart des animaux, il semblait tout aussi efficace pour réchauffer et refroidir l’air respiré. «Il s’agissait d’un exemple de la nature trouvant une solution différente au même problème», explique en effet le chercheur.

Une “clim” très élaborée

Les chercheurs expliquent également avoir identifié la fonction des nombreux vaisseaux sanguins observés dans les crânes de ces animaux. «Nous avons découvert une abondante réserve de sang se trouvant juste à côté de ces voies nasales, note en effet Ruger Porter, de l’Université de l’Ohio et co-auteur de l’étude. Le sang chaud du noyau corporel voyagerait à travers ces vaisseaux sanguins et transférerait sa chaleur dans l’air entrant. Simultanément, l’évaporation de l’humidité dans les longues voies nasales refroidissait le sang veineux destiné au cerveau».

ankylosaures
Un système de thermorégulation très élaboré. Crédits : Witmer Lab / Université de l’Ohio

Ainsi les voies respiratoires de ces dinosaures agissaient comme des climatiseurs visant à refroidir le cerveau avec un flux constant de sang veineux refroidi. Leur cerveau était certes tout petit, mais il fallait tout de même ne pas le “griller”. Un cerveau, ça peut servir. Grâce à ce mécanisme complexe, les ankylosaures évitaient donc la surchauffe.

Ce fut d’ailleurs sûrement le cas pour tous les grands dinosaures. «Lorsque nous examinons la cavité nasale et les voies respiratoires des dinosaures, nous constatons que les nez les plus élaborés se trouvent dans les espèces de dinosaures de grande taille», note en effet le chercheur. Le fait d’être grand était un avantage évolutif, certes, mais il fallait en échange trouver un moyen de réguler la température du cerveau. Et c’est exactement ce que la Nature a fait.

Source

Articles liés : 

85 empreintes de dinosaures découvertes en Angleterre

Découverte exceptionnelle d’un animal géant vivant au temps des dinosaures

Si les œufs des oiseaux sont colorés, c’est à cause des dinosaures