in

Comment calculer soi-même son « empreinte eau » ?

Crédits : sonsam / iStock

Le concept de l’empreinte eau a fait son apparition il y a une vingtaine d’années. Il permet de mesurer l’utilisation directe et indirecte d’eau douce d’un particulier ou d’une entreprise. À l’heure où l’eau est une ressource de plus en plus source de tensions, procéder à ce type de calcul permet d’identifier les leviers à actionner afin de faire des économies.

Comment définir l’empreinte eau ?

Arjen Hoekstra (1967-2019), professeur à l’Université de Twente (Pays-Bas) et titulaire d’un doctorat en analyse politique, est le scientifique à l’origine du concept d’empreinte eau, initié en 2003. Il s’agit de mesurer l’utilisation d’eau douce directe et indirecte d’un consommateur (particulier) ou d’un producteur (entreprise).

Concrètement, l’empreinte eau représente le volume total d’eau douce nécessaire à une action ou encore à la fabrication d’un produit ou les moyens permettant d’assurer un service. Ainsi, les particuliers utilisent de l’eau pour leur hygiène, mais également pour s’hydrater, s’alimenter, laver leur voiture ou arroser leur jardin. Cela entre dans le cadre de l’empreinte eau de consommation, qui inclut également la production de biens et services par un pays (ou une ville) et pas seulement des individus en tant que tels.

Citons également l’empreinte en eau de production qui concerne davantage les entreprises. On la définit par le volume d’eau nécessaire à la production d’un bien ou d’un service, et ce, tout au long du processus. Par ailleurs, ce concept est assez proche de celui d’eau virtuelle, associant à quelques biens de consommation ou intermédiaires la quantité d’eau nécessaire à leur fabrication.

eau
Crédits : kenzaza / iStock

Quelles plateformes utiliser ?

Selon le Centre d’Information sur l’Eau (C.I.EAU), l’empreinte eau de la France est d’environ 110 milliards de mètres cubes par an. Ceci représente donc environ 1 875 m3 par an par habitant, alors que la moyenne mondiale se situe à environ 1 250 m3. En France et dans certains pays gros consommateurs, les particuliers et les entreprises devraient donc calculer leur empreinte eau et tenter d’agir afin de préserver cette ressource. La plus célèbre des plateformes est Water Footprint Network (en anglais), permettant de calculer l’empreinte en eau individuelle. Il suffit de renseigner son pays de résidence, son sexe et son revenu avant de répondre à diverses questions sur la consommation d’eau domestique, mais également le régime alimentaire.

Il existe également un calculateur français : Empreinte H2O. Particulièrement ludique, cette plateforme déclinée en deux versions convient donc aux petits et grands. Ici, l’évaluation de l’empreinte eau se base sur quatre questionnaires. Ceux-ci concernent les principaux postes de consommation que sont l’alimentation, le textile, l’eau domestique et les équipements de la maison. Les résultats montrent également les quantités d’eau, d’azote et de phosphore consommés sur une journée ou sur une année.

Ce genre de plateforme permet aussi de pendre connaissance des produits toxiques rejetés dans les eaux douces et marines. Outre les pollutions, il s’agit également d’identifier  les pressions locales sur cette ressource ou encore les impacts des importations d’un pays sur la consommation.