in

Comme nous, les abeilles peuvent associer des symboles à des nombres

Crédits : Pixabay

Nous les savions familières avec le concept de zéro et aptes à faire des calculs de base. Une récente étude suggère aujourd’hui que les abeilles sont capables de relier des symboles à des nombres.

Il y a tout juste un an, une équipe de scientifiques de l’Université RMIT de Melbourne, en Australie, nous révélait que les abeilles peuvent comprendre la notion de zéro. La même équipe de chercheurs nous dévoilait en février dernier que ces insectes étaient également en mesure de résoudre des additions et des soustractions simples. Une nouvelle étude, toujours signée de la même équipe, nous apprend aujourd’hui que les abeilles sont capables d’associer des symboles avec des nombres. Tout comme vous pourriez, par exemple, associer le chiffre “2” avec la quantité correspondante. Les détails de l’étude sont publiés dans les Actes de la Royal Society B.

Nous sommes la seule espèce à avoir mis au point des systèmes de symboles pour représenter les nombres. Comme les chiffres arabes, par exemple. Mais nous ne sommes pas les seuls à “comprendre” le principe. Les primates, ou même certains oiseaux en sont également capables. Mais jusqu’à présent, aucun invertébré n’avait démontré de telles capacités. C’est désormais chose faite. Et encore une fois, ce sont les abeilles qui font le show. Rappelons que nous avons plus de 86 milliards de neurones dans notre cerveau. Ces insectes, de leur côté, en ont moins d’un million.

« Un niveau sophistiqué de capacités cognitives »

« Nous prenons ce genre de notion comme acquise, mais être capable de reconnaître ce que représente “4” nécessite en réalité un niveau sophistiqué de capacités cognitives, explique Adrian Dyer, principal auteur de l’étude. Des études ont montré que les primates et les oiseaux peuvent également apprendre à associer des symboles à des chiffres, mais c’est la première fois que nous voyons cela chez les insectes ».

Pour cette étude, les chercheurs ont formé deux groupes d’abeilles. Chacun dans un labyrinthe en forme de Y. Le premier groupe a été entraîné à faire correspondre une lettre à plusieurs symboles. De la même manière que le chiffre “5”, pour l’Homme, peut être représenté par cinq arbres, ou cinq pommes. Ce ne sont que des exemples. Le second groupe a de son côté été formé à l’inverse, associant une certaine quantité à un symbole précis.

abeilles
Les abeilles ont été entraînées dans ce genre de labyrinthe. Crédits : Université RMIT

Il est alors ressorti que les deux groupes, en plus d’avoir compris le principe de base, étaient capables d’inverser ce qu’il fallait faire lorsqu’on les testait avec l’expérience opposée.

« Nos résultats montrent que les abeilles domestiques ne sont pas au même niveau que les animaux qui ont pu apprendre les symboles en tant que nombres et effectuer des tâches complexes, concède le chercheur. Mais les résultats ont des implications sur ce que nous savons sur l’apprentissage, l’inversion des tâches et sur la manière dont le cerveau créé des connexions et des associations entre les concepts. Découvrir comment des cerveaux miniatures peuvent saisir ces habiletés numériques complexes nous aidera à comprendre comment la pensée mathématique et culturelle a évolué chez les humains et, éventuellement, chez d’autres animaux ».

Source

Articles liés :

20 plantes mellifères à semer pour les abeilles et autres pollinisateurs

Les abeilles se “taisent” pendant les éclipses totales de Soleil

Nous avons autant besoin des guêpes que des abeilles. Alors pourquoi sont-elles si détestées ?