in ,

Comme le T-1000, ce robot peut se liquéfier pour passer les barreaux

robot terminator 2 t-1000
Crédit : Wang et Pan et al/Matter CC-By-SA

Une équipe de scientifiques annonce avoir développé un minuscule robot semblable au T-1000 de « Terminator 2 » capable de se liquéfier puis de se resolidifier sur commande, lui permettant ainsi de s’échapper facilement des espaces confinés. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Matter.

Un T-1000 miniature

Certaines machines miniatures actionnées magnétiquement peuvent effectuer une locomotion multimodale et des déformations programmables. Cependant, il s’agit soit d’élastomères (du caoutchouc, essentiellement) magnétiques solides à adaptabilité morphologique limitée, soit de systèmes liquides à faible résistance mécanique.

Dans le cadre de ces travaux, des chercheurs de l’Université Carnegie Mellon ont développé une matière de transition de phase magnétoactive plus efficace. Composée de microparticules magnétiques de néodyme-fer-bore noyées dans du métal liquide, cette matière semble pouvoir basculer de manière réversible entre les phases liquide (en chauffant avec un champ magnétique alternatif) et solide (par refroidissement ambiant).

Ainsi, tout comme le T-1000 de « Terminator 2« , un petit robot composé de cette matière peut, sur demande, changer de phase. Dans le cadre d’une expérience, les chercheurs ont enregistré le robot se transformant en une flaque amorphe pour se glisser à travers les barreaux d’une cage. Une fois l’obstacle traversé, le robot a pu se solidifier à nouveau de l’autre côté.

Dans le détail, pour effectuer cette astuce de fusion, les chercheurs ont chauffé le mini robot par un processus connu sous le nom d’induction magnétique, en utilisant un aimant mobile pour créer un courant électrique à l’intérieur du robot. Le courant a fait fondre le gallium et les éléments magnétiques suspendus à l’intérieur l’ont attiré vers l’aimant.

« Les particules magnétiques ont ici deux rôles« , explique l’auteur principal Carmel Majidi, ingénieur en mécanique à l’Université Carnegie Mellon. « La première est qu’ils rendent le matériau sensible à un champ magnétique alternatif, de sorte que vous pouvez, par induction, chauffer le matériau et provoquer le changement de phase. Cependant, les particules magnétiques donnent également au robot la mobilité et la capacité de se déplacer en réponse au champ magnétique. »

robot terminator 2 t-1000
Le robot se fond pour s’échapper d’une cellule, avant de se solidifier de l’autre côté. Crédits : Wang et Pan et al.

Plusieurs applications potentielles

Une telle prouesse n’attise pas seulement la curiosité. Donner aux robots la possibilité de basculer entre l’état liquide et l’état solide leur donne en effet plus de fonctionnalités. Les chercheurs imaginent en effet plusieurs applications potentielles.

Dans le cadre d’une expérience, par exemple, l’équipe a pu réparer des circuits électroniques en pénétrant dans des endroits difficiles d’accès, puis en transformant la matière en soudure. Les chercheurs ont également fait fondre la matière dans une douille à vis, pour ensuite la solidifier, la transformant alors en une véritable vis mécanique. Ce faisant, il ont pu retirer un corps étranger d’un modèle d’estomac. Ce ne sont ici que des exemple, mais les possibilités sont nombreuses, en particulier dans les domaines technologique et médical.