in

La comète de Halley entame son voyage de retour

comète de Halley
crédits : MarcelC/istock

Après avoir parcouru une trajectoire éloignée de la Terre pendant près de quarante ans, la comète de Halley vient de faire demi-tour, annonçant ainsi un retour spectaculaire en 2061.

Des nouvelles de la célèbre comète de Halley

La comète de Halley, également connue sous le nom de 1P/Halley, est l’une des comètes les plus célèbres et historiquement importantes. Elle fut découverte par l’astronome Edmond Halley en 1682. À l’époque, ce dernier avait émis l’hypothèse que les apparitions d’un objet lumineux en 1531, 1607 et 1682 étaient liées, prédisant que le même objet réapparaîtrait en 1758. Il n’a pas vécu assez longtemps pour le vérifier, mais le passage de la comète a confirmé sa prédiction. C’est pourquoi elle a été nommée en son honneur.

Comme toutes les comètes, Halley est composée principalement de glace, de poussière et de gaz. Lorsqu’elle s’approche du Soleil, la chaleur fait fondre la glace, libérant alors des particules de poussière et de gaz qui forment une brillante chevelure et une queue caractéristiques.

Pour la petite anecdote, lors de l’apparition de la comète en 1910, certains ont émis l’hypothèse que les gaz présents dans sa queue, notamment du cyanogène, pouvaient représenter une menace pour la vie. Cette fausse idée s’est ensuite répandue, alimentée par des articles sensationnels dans les journaux de l’époque. Des escrocs ont même profité de la situation en vendant des « pilules anti-comète » et des masques censés protéger les gens contre ces effets nocifs présumés. Certains citoyens inquiets ont également construit des abris de fortune ou ont fui les zones urbaines pour échapper à ce prétendu désastre imminent. Évidemment, lorsque la Terre est passée à travers la queue de la comète sans aucun incident, l’excitation et la peur se sont finalement dissipées.

comète de Halley
La comète 1P/Halley photographiée le 8 mars 1986 depuis l’île de Pâques. Crédits : NASA/W. Liller

En plein voyage de retour

La comète de Halley suit une orbite elliptique autour du Soleil. Elle complète un tour de notre étoile tous les 76 ans environ. Son apparition la plus récente remonte à 1986. À cette époque, elle s’était approchée à 87,8 millions de km du soleil, soit environ 0,58 UA, juste à l’intérieur de l’orbite de Vénus. Dès 2003, la comète était finalement devenue trop petite et sombre pour être visible. Néanmoins, nous savons qu’elle sera de retour au plus près de la Terre en 2061.

En attendant, l’objet a atteint son aphélie, le point le plus éloigné du Soleil, le 9 décembre dernier et en était à environ 35 unités astronomiques (UA). Cette position la place bien au-delà de l’orbite de Neptune.

D’ici là, son héritage se manifestera deux fois par an à travers les pluies de météores des Êta Aquarides en mai et des Orionides en octobre. Ces pluies sont associées aux débris glacés laissés par la comète lors de ses précédents passages à travers l’orbite terrestre.