in

Retour sur la Lune : la NASA teste sa nouvelle combinaison spatiale

Crédits : NASA

Dans le cadre des missions Artemis, les astronautes qui marcheront sur la Lune porteront de nouvelles combinaisons spatiales. L’une d’elles a récemment été testée dans l’énorme piscine du Centre spatial Lyndon B. Johnson, à Houston.

Considérées comme de véritables vaisseaux spatiaux personnalisés, les combinaisons spatiales utilisées dans le cadre des missions Apollo ont été très efficaces, mais elles présentent aujourd’hui certaines limites. Les États-Unis ayant pour ambition de retourner sur la Lune dès 2024. La NASA a donc dû repenser ses équipements. Ces nouvelles combinaisons, baptisées Extravehicular Mobility Unit (ou xEMU), ont été présentées il y a quelques mois.

Plus sûres, plus intelligentes, plus mobiles

Nous savons que le principal danger une fois sur la surface lunaire est la poussière, composée de minuscules fragments très abrasifs ressemblant à du verre. La nouvelle combinaison a donc été conçue pour empêcher toute inhalation par l’astronaute ou contamination de son système de survie.

Nous savons également que le système Life Support Portable, le “sac à dos” fournissant l’oxygène aux astronautes et permettant d’éliminer le CO2 exhalé, a été réduit. Il sera donc moins encombrant, mais permettra aussi des sorties plus longues dans l’espace. Les casques seront également dotés d’écouteurs et des micros seront intégrés dans la partie supérieure du torse de l’astronaute. Cela va ainsi faciliter les communications avec les autres membres d’équipage ou avec les contrôleurs de mission.

Les astronautes des missions Artemis auront également de nouvelles articulations au niveau des hanches, des genoux et des épaules. Cela leur permettra de se déplacer plus facilement, avec une plus grande liberté de mouvement.

Tests en piscine

L’une de ces combinaisons a récemment été testée dans l’énorme piscine du Laboratoire de flottabilité neutre du Johnson Space Center de la NASA à Houston (Texas). Les astronautes plongent régulièrement dans ce réservoir pour s’entraîner aux sorties dans l’espace. Sous l’eau, les ingénieurs peuvent en effet simuler différents niveaux de gravité. Pour rappel, celle de la Lune équivaut au sixième de celle de la Terre (à peu de chose près).

Dans le cadre de ces tests, des astronautes ont simulé plusieurs mouvements, notamment un échantillonnage de roche lunaire et de poussière. Ils se sont également entraînés à grimper sur une échelle et à planter un drapeau américain.

combinaison lune
Crédits : NASA
Photo prise sous l’eau dans le laboratoire de flottabilité neutre, le 20 août 2020. Photographe : Bill Brassard

Notez qu’en plus de ces combinaisons spatiales principales, chaque astronaute du programme Artemis aura également besoin d’un sous-vêtement interne, dont le premier prototype est déjà terminé.

Rappelons enfin qu’un premier équipage devrait normalement se placer en orbite autour de la Lune en 2022 dans le cadre de la mission Artemis II. Viendra ensuite la mission Artemis III qui mènera enfin les astronautes à se poser sur le sol lunaire en 2024. Il s’agira du premier alunissage humain depuis Apollo 17 en 1972.