in

En combien de temps le rover chinois atteindra ce mystérieux objet ?

Cette image agrandie montre de plus près une forme de cube repérée par le rover chinois Yutu 2 sur la face cachée de la lune. Crédits : CNSA/Notre espace

Il y a quelques jours, le rover chinois Yutu 2 repérait un objet intrigant sur la face cachée de la Lune. L’intérêt est tel que les responsables de mission prévoient de s’en rapprocher pour tenter de l’identifier. Toutefois, il va falloir être un peu patient.

L’atterrisseur et son rover Yutu 2 sont toujours positionnés dans le cratère Von Karman, dans le bassin du pôle Sud-Aitken. En novembre dernier, au cours du 36e jour lunaire de sa mission, le véhicule est tombé sur un objet mystérieux de forme cubique se profilant à l’horizon, alors qu’il se frayait un chemin à travers le cratère.

S’il s’agit vraisemblablement d’une roche excavée par un événement d’impact, les scientifiques de l’équipe de mission ont évidemment exprimé un vif intérêt pour la structure, au point qu’elle prévoit de faire un « petit » détour pour s’en rapprocher. Mais en combien de temps le rover pourrait-il atteindre sa nouvelle cible ?

Une évolution intermittente

L’équipe de conduite du rover estime que l’objet se trouve à environ 80 mètres. Cela pourrait paraître proche, mais planifier un tel itinéraire n’est vraiment pas simple pour plusieurs raisons.

Malgré une « vitesse de pointe » pouvant atteindre 200 mètres par heure, Yutu 2 n’a jusqu’à présent couvert que 900 mètres environ depuis son atterrissage en janvier 2019. Pourquoi si peu ? Parce que le rover n’est pas actif la plupart du temps.

En effet, le véhicule à énergie solaire ne peut pas fonctionner pendant les nuits lunaires (qui durent 14,5 jours terrestres), ni durant un lap de temps d’environ 24 heures après le lever du soleil et avant le coucher du soleil. Enfin, Yutu 2 reste également immobile pendant le midi lunaire, alors que les températures peuvent grimper au-dessus de 120°C, ce qui peut menacer l’électronique.

lune chine
Le rover chinois Yutu 2, actuellement sur la « face cachée » de la lune. Crédits : Agence spatiale nationale chinoise

Un parcourt semé d’embûches

Mais ce n’est pas tout. Rappelons en effet que pour planifier un itinéraire, l’équipe au sol doit d’abord dresser une carte topographique montrant les différents obstacles à surmonter en fonction des images prises par le rover. Les chercheurs tracent ensuite un itinéraire en fonction de ces données. En moyenne, Yutu 2 ne peut parcourir qu’un maximum d’environ huit à dix mètres par trajet, et il va devoir ainsi éviter de nombreux cratères susceptibles de le piéger avant qu’il n’atteigne sa cible.

En outre, le rover transporte également des charges utiles scientifiques, notamment des caméras panoramiques, un spectromètre d’imagerie dans le proche infrarouge et un radar à pénétration de sol. Il va donc s’arrêter fréquemment pour collecter des données en chemin.

Enfin, par définition, la face cachée de la Lune ne fait jamais face à la Terre. Aussi, la présence d’un satellite relais pour les communications est toujours nécessaire, ce qui est un autre facteur potentiel de limitation de la vitesse de Yutu 2.

Avec toutes ces données à prendre en compte, les chercheurs estiment que le rover pourrait atteindre sa cible au cours des trois à cinq prochains mois terrestres.