in

Combien de temps faudrait-il pour traverser la Voie lactée à la vitesse de la lumière ?

Crédits : PxHere

Le disque de notre galaxie est plus grand que nous le pensions auparavant. Mais combien de temps faudrait-il pour le traverser à la vitesse de la lumière ? Une nouvelle étude montre qu’il faudrait pas moins de 200 000 ans.

En regardant au-delà de la limite supposée du disque de la Voie Lactée, des astronomes ont récemment été surpris de tomber sur des étoiles dont les compositions ressemblant à celles des étoiles du disque. En analysant leur spectre (le motif des couleurs), les scientifiques peuvent en effet « lire » leur composition. « Nous avons montré qu’il y a une fraction notable d’étoiles avec une métallicité plus élevée caractéristique des étoiles discales plus éloignée que la limite précédemment admise sur le rayon du disque de la galaxie« , analyse Carlos Allende, chercheur à l’Institut d’Astrophysique des îles Canaries et co-auteur de l’étude. Et ça change tout ! La nouvelle étude estime en effet la taille du disque de la voie lactée à 200 000 années-lumière.

Des études antérieures ont suggéré que la taille la voie lactée se situe entre 100 000 années-lumière et 160 000 années-lumière de diamètre (une année-lumière est la distance parcourue par la lumière en une année, soit environ 10 000 milliards de kilomètres). Cette nouvelle estimation double ainsi la mise. Il serait même possible qu’il y ait encore plus d’étoiles situées quatre fois plus loin, ajoute le chercheur dans un communiqué. En se tablant sur la dernière estimation et en se déplaçant à environ 300 000 km/s, il faudrait donc 200 000 ans pour aller d’un bout à l’autre de la galaxie.

Ce n’est pas la première fois que les astronomes révisent les paramètres d’une galaxie. Une étude récente de la galaxie d’Andromède, notre grande voisine, révélait il y a quelques mois que celle-ci était en fait quasiment aussi massive que la Voie Lactée. Ces résultats affectent aussi les prédictions sur les mouvements des deux galaxies. Rappelons que celles-ci vont entrer en collision dans environ quatre milliards d’années. En prenant en compte ces nouveaux paramètres, il est aujourd’hui fort probable que notre galaxie, autrefois condamnée, survive à cette collision.

Source