in ,

Combien de personnes souffrent encore de la faim dans le monde ?

Crédits : EU Civil Protection and Humanitarian Aid Open

Sous-nutrition ou malnutrition, un nouveau rapport alarmant de l’ONU suggère que plus de 820 millions de personnes dans le monde souffrent encore de la faim. 

Des progrès avaient été réalisés depuis le milieu des années 2000 jusqu’en 2015, mais force est de constater que depuis trois années consécutives, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde est en constante augmentation. Plus de 820 millions d’individus seraient concernés. Certains ne mangent pas assez, mais la plupart mangent aussi très mal. Résultat : une personne sur neuf ne peut mener une vie active et en bonne santé. Pire, de plus en plus de bébés présentent un faible poids à la naissance (1 sur 7) et accusent, par la suite, d’importants retards de croissance.

Un monde qui évolue trop vite

On apprend également que l’obésité se fait également de plus en plus ressentir dans le monde. On dénombre aujourd’hui 338 millions d’enfants et d’adolescents d’âge scolaire en surpoids et 672 millions d’adultes obèses. La grande majorité se retrouve en Asie et en Afrique. En cause : des régimes alimentaires toujours plus malsains. Pour expliquer ces résultats, les auteurs du rapport soulignent que notre monde est en constante mutation. Mais que cette évolution de plus en plus rapide empêche de nombreuses personnes (les moins bien armées) de prendre le train en marche.

« La population mondiale a augmenté régulièrement et la plupart des habitants vivent dans les zones urbaines. La technologie a évolué à un rythme vertigineux, tandis que l’économie était de plus en plus interconnectée et mondialisée, peut-on lire dans le rapport. Cependant, de nombreux pays n’ont pas connu de croissance soutenue dans le cadre de cette nouvelle économie. L’économie mondiale dans son ensemble ne se développe pas autant que prévu ».

La faim dans le monde continue de progresser, selon l’ONU. Crédits : Wikipédia

Les auteurs expliquent également que les changements climatiques, de plus en plus appuyés dans le monde, affectent notre manière de produire de la nourriture. Les aliments ne sont plus aussi bien distribués et consommés, favorisant ainsi tout ce “stress nutritionnel” accusé par de nombreux pays. Pour endiguer le problème, il va donc falloir redoubler d’efforts.

« Nos actions pour lutter contre ces tendances inquiétantes devront être plus audacieuses, note en effet le rapport. Nous devons favoriser une transformation structurelle inclusive favorable aux pauvres ». Une fois que nous aurons placé les communautés concernées au centre des préoccupations en matière de réduction de la vulnérabilité économique, alors seulement nous aurons des moyens de lutter contre la faim et toutes les formes de malnutrition. « Sans sécurité alimentaire, nous n’aurons jamais de paix et de stabilité ».

Source

Articles liés :

Pourquoi la faim rend-elle certaines personnes irritables ?

S’endormir devant la télévision augmente-t-il le risque d’obésité ?

Faut-il augmenter sa consommation de riz pour réduire le risque d’obésité ?