in

Combien de coups de langue faut-il pour finir une sucette ?

Crédits : Wikipedia

Cette question peut évidemment prêter à sourire, mais une équipe de chercheurs s’est réellement attelée à déterminer le nombre de coups de langue nécessaires pour finir une sucette ! Mais pour quoi faire ?

Une étude très sérieuse

Finir une sucette sans terminer par la croquer relève du parcours du combattant, cela est un fait indéniable. Blague à part, une étude tout à fait sérieuse a été menée en 2015 afin d’évaluer combien de coups de langue suffisaient pour venir à bout de cette sucrerie particulièrement appréciée des enfants.

Les chercheurs de l’Université de New York (États-Unis) estiment ce nombre à 2 500 ! Ces recherches n’ont pas pour finalité de rappeler au public que lécher une sucette sans la croquer peut durer longtemps. En effet, il s’agit d’une étude qui pourrait avoir son utilité sous la forme de plusieurs applications.

Comment s’est déroulée l’étude ?

Les scientifiques ont placé plusieurs sucettes dans l’eau, ces dernières d’une longueur de 1 à 10 cm alors que l’eau coulait à une vitesse variable (0,1 à 1 m/s). De plus, des sucettes de forme différentes ont été utilisées (cylindriques et sphériques).

L’expérience a permis d’observer le phénomène suivant : la turbulence obtenue dans le courant d’eau conduisait à un aplatissement de l’arrière de la sucette. Le fait est que chaque sucette se retrouvait avec la même forme, c’est-à-dire un arrière plat et un avant bombé. Selon les chercheurs, la forme initiale de la sucette importait peu, car toutes finissaient par être sculptées dans la même forme terminale avant de disparaître.

Crédits : Pexels

Quel intérêt pour cette étude ?

Outre la forme, la vitesse à laquelle se sculpte la sucrerie a été observée. Les chercheurs ont indiqué que la vitesse de dissolution de la sucette augmentait avec la racine carrée de la vitesse du fluide. Ainsi, un millier de coups de langue permettent de dissoudre 1 cm de sucette, d’où le résultat de 2 500 coups de langue pour une sucette ronde classique de 2,5 cm de diamètre. En revanche, l’étude ne tient pas compte du fait qu’une personne léchant une sucette ne peut absolument pas reproduire le même effet qu’un écoulement d’eau uniforme sur une sucette immobile.

Malgré le caractère sympathique de cette étude, celle-ci pourrait permettre des applications en ce qui concerne la dissolution de matériaux pour l’industrie, en l’occurrence chimique et pharmaceutique. Les chercheurs en géologie pourraient également se montrer intéressés, car il peut être question de soutenir la compréhension du processus d’érosion des roches par l’eau, qu’il s’agisse de mers ou de rivières.

Sources : The Science TimesFutura Sciences

Articles liés :

Ces fermiers qui nourrissent leur bétail avec des Skittles

L’ennui, chemin le plus court vers la malbouffe

Halloween : Une association alerte sur le colorant E171 présent dans de nombreux bonbons