in

Une “colonne de feu” surgit d’un volcan en pleine mer Caspienne

Crédits : Gavriil Grigorov/TASS

Une immense colonne de feu de plusieurs centaines de mètres de haut a surgi au-dessus de la mer Caspienne ce dimanche 4 juillet. En cause : une explosion massive dans les champs de pétrole et de gaz de l’Azerbaïdjan générée par un volcan de boue.

L’explosion s’est produite vers 21h30 heure locale à environ dix kilomètres du champ de gaz d’Umid, lui-même retrouvé à 75 km au large des côtes de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan. Si les autorités locales ont d’abord soupçonné un accident sur l’une des multiples plates-formes pétrolières et gazières de la région, la compagnie pétrolière d’État SOCAR a assuré qu’aucune de ses plates-formes n’avait été endommagée. En réalité, le coupable serait un “volcan de boue”, selon The Guardian.

Qu’est-ce qu’un volcan de boue ?

Les volcans de boue sont des volcans qui produisent non pas de la lave, mais de la boue. La matière qu’ils recrachent n’est donc pas aussi incandescente. En revanche, ces structures contiennent de fortes concentrations de gaz naturel qui, par le jeu des mouvements de roches lors des éruptions – susceptibles de créer de faibles étincelles en se frottant les unes contre les autres – peuvent rapidement s’enflammer.

On ne dénombre actuellement qu’un millier de ces volcans sur Terre, mais l’Azerbaïdjan en abrite près de la moitié (environ 400). «Ces volcans sont parmi les plus grands et les plus violents au monde», a déclaré sur Twitter Mark Tingay, géophysicien à l’Université d’Adélaïde (Australie). «Il y a, en moyenne, plusieurs grandes éruptions volcaniques de boue chaque année, et beaucoup d’entre elles peuvent avoir de gros incendies».

Toujours d’après le chercheur, le volcan de boue incriminé ici serait une structure baptisée Makarov Bank. Ce volcan avait déjà explosé en 1958, libérant une colonne de flammes de 500 à 600 mètres de haut et 150 mètres de large.

Une autre fuite de gaz au Mexique

L’explosion de dimanche est survenue deux jours après la déclaration d’un incendie dans le golfe du Mexique, à l’ouest de la péninsule du Yucatan, à quelques dizaines de mètres d’une plateforme de la compagnie pétrolière mexicaine Pemex.

Juste sous la surface, un gazoduc abîmé aurait en effet libéré du gaz qui, bien aidé par un orage, qui se serait ensuite rapidement enflammé. Plusieurs bateaux ont été dépêchés sur place pour éteindre l’incendie en déversant de l’azote. Ce gaz non polluant, en réduisant la quantité d’oxygène présent dans l’atmosphère, a permis d’étouffer les flammes en à peine cinq heures.

Les images spectaculaires de cette scène, publiées à l’origine sur Twitter par le journaliste mexicain Manuel Lopez San Martin, ont rapidement relayées par réseaux sociaux.