Les coeurs « réanimés » peuvent être transplantés avec succès

transplantation cardiaque greffes coeur
Crédits : Shuttermon/istock

Selon des données récentes, une nouvelle machine permettant de « réanimer » les coeurs des donneurs fonctionne aussi bien que l’approche standard pour la transplantation. Si elle était largement appliquée, cette méthode pourrait augmenter les donneurs de coeurs d’environ 30 %. Les détails de cet essai clinique sont rapportés dans le New England Journal of Medicine.

Un essai prometteur

De nos jours, la plupart des coeurs transplantés proviennent de donneurs en état de mort cérébrale. Il s’agit d’un état dans lequel toutes les fonctions cérébrales ont cessé de fonctionner de manière irréversible. Cependant, le donneur peut encore avoir des battements de coeur. Ce dernier peut alors être extrait alors qu’il est encore perfusé avec du sang riche en oxygène. L’organe est ensuite placé dans une solution de conservation qui contient des agents protecteurs aidant à préserver les cellules pendant le transport.

À l’inverse, dans le cadre des décès par arrêt circulatoire (lorsque le coeur cesse de battre de façon permanente et que la circulation sanguine s’arrête), les coeurs ne sont généralement pas utilisés pour la transplantation à cause de la détérioration rapide des tissus. Cependant, cela pourrait bientôt changer.

Dans le cadre d’un récent essai, des médecins ont comparé les taux de survie de 86 personnes ayant obtenu des coeurs de donneurs en état de mort cérébrale avec les taux de survie de 80 personnes ayant obtenu des organes de donneurs en état de mort circulatoire. Tous ces patients vivaient aux États-Unis. Six mois après la chirurgie, le groupe « mort cérébrale » avait un taux de survie de 90%, alors qu’il était de 94% dans le groupe « mort circulatoire ».

transplantation cardiaque greffes coeur
Crédits : Shuttermon/istock

Une nouvelle machine

Ces résultats étonnants ont été rendus possibles par un nouveau système de perfusion appelé Organ Care System Heart. Celui-ci est fabriqué par TransMedics, le bailleur de fonds de l’essai. Concrètement, cette machine permet de réchauffer le sang qu’il pompe à travers les coeurs des donneurs contrairement à d’autres systèmes de perfusion qui nécessitent que l’organe soit refroidi dans le cadre du processus de conservation.

Bien que les deux groupes aient eu des taux de survie similaires à six mois, le groupe « mort circulatoire aurait eu des taux légèrement plus élevés de dysfonctionnement primaire modéré à sévère du greffon. Dans ces cas de figure, un ou les deux ventricules cardiaques présentent un dysfonctionnement dangereux dans les 24 heures suivant la chirurgie. Cependant, aucun de ces patients n’aurait eu d’échec de greffe primaire ayant entraîné une nouvelle transplantation, contrairement à deux personnes du groupe de greffe traditionnel.

Ce nouvel essai suggère ainsi que le don de coeur après mort circulatoire peut être une approche tout aussi viable pour les transplantations cardiaques, à condition bien sûr d’avoir l’équipement nécessaire. Si tel était le cas, les chercheurs estiment que nous pourrions augmenter le nombre de coeurs disponibles pour la transplantation d’environ 30%.