in

Climat : la période 2020-2024 risque d’atteindre le seuil fatidique des 1,5 °C de l’Accord de Paris

Crédits : NASA.

Selon les dernières projections du service britannique de météorologie (Met Office), les années 2020 à 2024 devraient aisément battre de nouveaux records de chaleur planétaire. La limite des 1,5 °C souvent citée dans les discours sur le climat a même une certaine probabilité d’être dépassée. Signe que l’échéance limite pour tenir les engagements de la COP21 s’approche à grands pas.

Les 5 dernières années ont toutes terminé dans le top 5 des années les plus chaudes jamais mesurées au niveau global. 2016 occupant la première place, aidée par un puissant épisode El Nino. Toutefois, ce titre risque de tomber assez rapidement. En effet, les dernières projections du Met Office invitent à penser que ce record sera battu entre 2020 et 2024.

« Individuellement, les années de 2020 à 2024 devraient se situer entre 1,06 °C et 1,62 °C au-dessus des conditions préindustrielles » précise l’organisme britannique. L’année 2016 scorant à seulement 1,16 °C. Aussi, on comprend pourquoi la probabilité d’établir un nouveau sommet est loin d’être négligeable.

Une période quinquennale probablement record

Par ailleurs, la moyenne des années 2020-2024 constituerait la période de 5 ans la plus chaude jamais observée depuis le début des enregistrements. Plus précisément, les simulations effectuées projettent une anomalie située entre 1,15 °C et 1,46 °C au-dessus du niveau préindustriel. La période 2015-2019 se situe à l’extérieur de l’intervalle avec une anomalie observée de 1,09 °C. Il est donc très probable qu’elle soit supplantée.

évolution anomalie température monde climat
Évolution des températures globales entre 1880 et 2019 selon 5 jeux de données différents. Les valeurs sont données en anomalie par rapport à la référence 1951-1980. Crédits : NASA GISS/Gavin Schmidt.

« Des incertitudes existent dans les prévisions. Mais la plupart des régions devraient être plus chaudes et les modèles de prévision suggèrent un réchauffement accru sur les continents. En particulier, les parties nord de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique du Nord, prolongeant la tendance actuelle » détaille le professeur Doug Smith, spécialiste de la prévision climatique décennale.

Climat : les 1,5 °C ponctuellement menacés

Alors que les années passent, les actions concrètes pour limiter le réchauffement se font attendre. De fait, le système climatique continue daccumuler de la chaleur et la marge d’action pour tenir les engagements de l’Accord de Paris se réduit à vue d’œil. Considérant l’inertie des océans, l’objectif ambitieux des 1,5 °C à ne pas dépasser d’ici 2100 semble désormais relever de l’improbable. En outre, le Met Office indique qu’il existe un risque d’environ 10 % d’excéder cette limite d’ici 2024.

« Un dépassement temporaire des 1,5 ° C ne signifie pas que l’Accord de Paris sera violé. La recommandation du GIEC de maintenir la température mondiale en dessous de 1,5 ° C fait référence à une moyenne de long terme plutôt qu’à une année individuelle. Cependant, nos prévisions montrant un nouvel incrément de réchauffement, la fenêtre d’opportunité continue de se réduire » indique Stephen Belcher, directeur du Met Office.

Une capacité de prévision croissante

Les projections effectuées se basent sur des modèles climatiques couplés océan-atmosphère et initialisés en fonction des observations des derniers mois. L’état des océans étant un paramètre notable à prendre en compte car il conditionne une large part des fluctuations pluri-annuelles (via El Nino ou La Nina, par exemple).

climat temp
Anomalie de la période 2015-2019 par rapport à la référence 1951-1980. En outre, notez la petite plage froide dans le nord-atlantique. Une signature éventuelle du ralentissement de la circulation océanique dans ce secteur. Crédits : NASA/GISS.

« Le Met Office a démontré une compétence croissante pour prévoir les fluctuations du climat » ajoute Adam Scaife, responsable des prévisions à moyen et long terme de l’organisme. « À moins d’une grande éruption volcanique, ces prévisions montrent que nous approchons rapidement du point où nous verrons des excursions temporaires de la température mondiale au-dessus du seuil des 1,5 ° C ».

Une tendance globale bien caractérisée que l’on doit aux rejets continus de gaz à effet de serre anthropiques dans l’atmosphère. À ce sujet, le Met Office a récemment communiqué sur la hausse de CO2 attendue pour cette année 2020. Un supplément qui devrait se situer en quatrième position des plus importants jamais observés.

Articles liés :

Le climat représente désormais “une menace existentielle pour la civilisation

À mesure que le climat se réchauffe, les oiseaux rétrécissent

2070 : certains pays seront invivables à cause de la chaleur