in

La circulation de l’océan profond s’intensifierait en climat plus chaud

Crédits : capture vidéo / NASA Scientific Visualization Studio.

Un ensemble d’archives géologiques soutient qu’en climat plus chaud, la circulation de l’océan profond gagne en intensité. Ce processus semble être confirmé par les observations effectuées au cours des dernières décennies et pourrait améliorer la capture de carbone océanique. Les résultats ont été publiés dans la revue Geology ce 24 mars.

Le déplacement des masses d’eau vers les profondeurs de l’océan transfère d’importantes quantités d’énergie et de carbone depuis l’atmosphère en direction des abysses. Par conséquent, tout changement dans l’intensité de la circulation océanique profonde a des conséquences sur le climat à la surface de la Terre.

Des carottages océaniques révèlent la circulation abyssale du passé lointain

Afin de mieux comprendre comment ce système de courants pourrait évoluer à l’avenir avec le réchauffement global, une équipe de chercheurs de l’Université de Sydney (Australie) a passé en revue pas moins de deux cents forages océaniques effectués au cours des cinquante dernières années. Aussi, en identifiant les changements du taux d’accumulation des sédiments, les carottes ont permis de reconstituer la vitesse des courants profonds en différents points du globe et pour différentes périodes géologiques.

Les résultats ont révélé que depuis treize millions d’années, la circulation de l’océan profond a globalement ralenti. Cette tendance résulte d’un refroidissement progressif, mais inexorable du climat depuis le Miocène moyen, ainsi qu’en témoigne par exemple l’apparition de la calotte glaciaire du Groenland il y a environ trois millions d’années. À l’inverse, lors des climats bien plus chauds qui ont précédé, les courants profonds étaient sensiblement plus vigoureux.

Les différents sites de carottages retenus dans le cadre de la présente étude sont marqués d’un point noir. Crédits : Adriana Dutkiewicz & Dietmar Müller, 2022.

Un stockage plus efficace du carbone dans l’océan profond

Ces résultats s’ajoutent à ceux récemment obtenus par une équipe de scientifiques internationale et amènent les chercheurs à « conclure que les océans plus chauds ont non seulement une circulation profonde plus vigoureuse, mais sont également potentiellement plus efficaces pour stocker le carbone », rapporte Adriana Dutkiewicz, auteure principale de l’étude.

Les nouvelles données permettent par ailleurs d’éclairer une controverse entre observations contemporaines et modélisations numériques. En effet, les deux méthodes d’investigation ont conduit à des incohérences, suggérant tantôt un ralentissement de la circulation océanique profonde en climat plus chaud, tantôt une accélération. Ce fait peut en partie s’expliquer par des séries d’observations trop courtes.

« Les données satellitaires généralement utilisées pour informer les modèles océaniques ne couvrent que quelques décennies, ce qui conduit à une mauvaise compréhension de la variabilité océanique à plus long terme », explique la chercheuse. « Cela nous a incités à examiner les archives géologiques des grands fonds pour déchiffrer ces changements ».