in

Cinq zèbres errent toujours dans les banlieues du Maryland

Crédits : peterjohnball0/Pixabay

Cinq zèbres qui faisaient partie du troupeau d’une ferme privée errent librement le long des routes du comté de Prince George, dans le Maryland (États-Unis), depuis plusieurs semaines.

Alexis Curling travaillait à domicile la semaine dernière lorsque sa fille de dix ans courut pour lui révéler la nouvelle : “Maman, je sais que tu ne vas pas le croire, mais crois-moi quand je te dis : je viens de voir des zèbres derrière la maison“, relate le Times. Des cerfs ont l’habitude de flâner non loin de la maison, le long des voies ferrées désaffectées, mais des zèbres ? Au départ, les parents n’y croyaient pas. Comment leur en vouloir ? Pourtant, la jeune fille avait raison : il y avait des zèbres, cinq, plus précisément, tous échappés d’une ferme voisine le 31 août dernier, errant librement dans les arrière-cours et routes du comté de Prince George.

Rapidement au courant, les autorités locales ont alors entrepris de rattraper les équidés, appuyées par différents témoignages. Cependant, attraper des zèbres est une entreprise difficile. Ces animaux ayant évolué dans la savane africaine pour échapper à de nombreux prédateurs sont de nature très craintive. En cas d’approche, les zèbres peuvent également se montrer particulièrement agressifs.

En raison de cet instinct de fuite, les agents de contrôle des animaux évitent de traquer les équidés, préférant les attirer dans un corral avec des collations. Toutefois, jusqu’à présent, ils ont fait chou blanc. En attendant, les habitants du Maryland se tournent vers les réseaux sociaux pour partager leurs rencontres avec les animaux en cavale.

Pourront-ils survivre ?

 

 

Entre-temps, certains ont également commencé à se demander ce que faisaient ces zèbres dans une ferme privée. En réalité dans le Maryland comme dans d’autres états, il est légal de posséder ce type d’espèce exotique avec un permis du département américain de l’Agriculture, d’après le Washington Post. Le troupeau duquel ces cinq zèbres se sont échappés abritait ainsi une quarantaine d’individus.

Autre préoccupation avancée : ces animaux, naturellement habitués à évoluer dans un climat chaud pourraient-ils survivre à un hiver nord-américain ? Selon DCist, la réponse est probablement oui. Certains zèbres d’Afrique sont en effet connus pour vivre sur les hautes pentes du mont Kenya, le deuxième plus haut sommet d’Afrique derrière le Kilimandjaro. En outre, d’après le zoologiste David Rubenstein de l’Université de Princeton, ils développent un pelage d’hiver comme la plupart des équidés. “Ils ont un métabolisme élevé. Tant qu’ils auront suffisamment de nourriture, ils auront assez de carburant pour générer de la chaleur“, assure-t-il.

Avec des réserves abondantes d’herbe dans le Maryland et aucun prédateur naturel en vue, les zèbres devraient pouvoir se débrouiller tout seuls aussi longtemps qu’ils le pourront. En attendant, les habitants de la région sont invités à rester à l’écart.