in

Cinq fois où il a plu autre chose que de l’eau

Capture d'écran Youtube

La pluie, la grêle ou la neige qui tombent du ciel sont des événements météorologiques familiers et parfaitement naturels. Mais comment expliquer le fait qu’il pleuve des poissons, des araignées ou des grenouilles ? C’est déjà arrivé. Et ça continuera de se produire.

Araignées et grenouilles

Sur les 47 000 espèces d’araignées recensées à ce jour, moins d’une trentaine sont considérées comme sociales. Parmi elles : Anelosimus eximius, dont la taille peut varier entre 4,4 et 6 millimètres.

Ces arachnides – que l’on retrouve principalement au Panama, en Argentine, au Brésil et en Guyane, vivent en colonies qui peuvent compter plusieurs milliers de spécimens. Ces araignées ont tendance à se rassembler en fin d’après-midi ou en début de soirée pour créer de gigantesques toiles qui servent à piéger les insectes. Certaines structures peuvent alors atteindre 15 mètres de haut.

En règle générale, toutes restent bien sagement accrochées à leur portion de toile et patientent jusqu’à l’arrivée de leurs proies. Mais il arrive parfois que Mère Nature se fâche, et que les vents se déchaînent.

C’est notamment ce qui s’est produit en 2013 à Santo Antonio da Platina, au Brésil. L’une de ces gigantesques toiles n’a pas tenu, se retrouvant arrachée à ses points d’ancrage et emportée dans le ciel. Une fois le vent calmé, les milliers d’araignées “volantes” sont finalement revenues sur terre. Comme on peut le voir ci-dessous, la très grande majorité d’entre elles se sont retrouvées coincées dans les lignes électriques de la ville.

Après les araignées, les grenouilles, pourtant bien plus lourdes. C’est arrivé en 1873 dans la ville de Kansas City (États-Unis) et dans la ville de Dubuque, dans l’Iowa (toujours États-Unis), en 1882. Plus récemment, en 2005, ce type d’événement étrange s’est également produit en Serbie, où des milliers de grenouilles sont apparemment tombées du ciel. Et avant cela, plusieurs cas ont été signalés dans des temps plus anciens.

Pour expliquer ces phénomènes (ceux de notre temps), les experts locaux ont suggéré que les amphibiens avaient été emportés par une tornade ou une violente tempête.

Il est également possible que ces observations aient été quelques peu extrapolées. Car si ce type d’explication (tempêtes, tornades) est effectivement plausible, il se peut également que ces milliers de grenouilles aperçues soudainement au sol soient simplement sorties de leur cachette, complètement apeurées. Autrement dit, qu’elles ne soient pas tombées du ciel.

Néanmoins, pour les cas de Kansas City et de Dubuque tout au moins, il a été souligné qu’aucun plan d’eau ne se trouvait à proximité.

Viande, poissons et oiseaux

Nous sommes en 1876, à Olympia Springs dans le Kentucky (États-Unis). Une certaine Mme Allen Crouch fabrique tranquillement du savon sur son terrain quand soudain, ce qui ressemble à de “gros flocons de viande” se mettent à tomber du ciel, recouvrant finalement une partie du sol.

Mme Crouch décide alors qu’il est plus sage de ne pas y toucher. Le lendemain en revanche, deux hommes qui passaient par-là, intrigués, prennent finalement la décision de goûter ces morceaux de viande qui ressemblent vaguement à du boeuf. À l’époque, ils avaient alors décrit une saveur de mouton ou de chevreuil.

Des échantillons ont ensuite été prélevés et analysés. Un rapport de cas, publié plus tard dans l’American Journal of Microscopy and Popular Science, a finalement conclu qu’il s’agissait en réalité d’un mélange de cartilages, de tissus musculaires et de tissus pulmonaires. La grande question est : comment cette matière a-t-elle pu se retrouver dans la cour de Mme Crouch ?

Nous ne le saurons jamais avec certitude, mais certains ont suggéré que ces restes étaient en fait le contenu stomacal de vautours qui avaient vomi alors qu’ils survolaient sa propriété.

pluie vautours
Crédits : Free-photos/Pixabay

Place aux poissons. En 1947, à Marksville, en Louisiane (États-Unis), des achigans à grande bouche, des harengs et autres crapets de roche sont soudainement tombés du ciel. Au cours de cet événement étrange vous pouviez retrouver un poisson par mètre carré, certains mesurant plus de 20 centimètres de long.

Plus récemment, en 2004 et en 2010, des centaines de perches sont également tombées sur une petite ville de l’Outback australien, à chaque fois pendant deux jours consécutifs. Tous les poissons ou presque étaient encore vivants au moment de toucher le sol.

Pour les chercheurs des tornades, des courants ascendants ou des trombes marines peuvent être parfois assez puissants pour sortir les poissons de l’eau, les soulever et les transporter sur de longues distances. L’un de ces trois événements météorologiques pourrait donc facilement expliquer ces perches tombées du ciel.

pluie trombe marine
Une trombe marine en Grèce. Crédits : Bruno Arnaud/Wikipédia

Et des oiseaux ?

En 2010, dans l’Arkansas (États-Unis) plusieurs milliers de carouges à épaulettes sont tombés du ciel le soir du réveillon, le 31 décembre. La grande majorité d’entre eux étaient déjà morts en tombant sur le sol.

Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs ont pointé du doigt les feux d’artifice tirés pour fêter le Nouvel An. Selon eux, il est possible que les oiseaux aient été surpris et paniqués à cause du bruit et de la lumière. Les carouges à épaulettes volant très à proximité les uns des autres et ayant une mauvaise vue, on imagine alors que, dans l’affolement, beaucoup se sont retrouvés empalés dans des maisons ou des lignes électriques avant de toucher le sol.

Source

Articles liés :

Dès que la pluie tombe, les plantes “paniquent”

VIDÉO : les gouttes de pluie percutent le sable tels des astéroïdes

Quand les avions intensifient la pluie ou la neige