in

Un « cimetière de mammouths » découvert au Royaume-Uni

Crédits: Beth/Zaiken/Centre for Palaeogenetics

Une équipe de paléontologues décrit la découverte des restes de cinq mammouths des steppes dans une carrière de Swindon, au sud-ouest de l’Angleterre, dont un nourrisson, deux juvéniles et deux adultes. Tous seraient morts il y a un peu plus de 210 000 ans.

C’est DigVentures, une entreprise organisant des fouilles archéologiques financées par le crowdfunding, qui détaille la découverte après deux campagnes menées sur le terrain en 2019 et 2020. Ces travaux ont été motivés par la découverte, quelques mois plus tôt, d’une hache de néandertalien par deux chasseurs de fossiles amateurs.

Ces fouilles ont permis de mettre à jour d’autres artéfacts de Neandertal, notamment de petits outils en silex appelés grattoirs qui étaient utilisés pour nettoyer les peaux fraîches d’animaux. Plus intéressant encore, les chercheurs ont isolé les restes d’au moins cinq mammouths des steppes, un groupe de pachydermes dont les descendants comprennent le mammouth laineux. Ces restes comprennent des défenses, des os de pattes, des côtes et des vertèbres.

Morts il y a plus de 200 000 ans

Si nous savons que les premiers mammouths des steppes mesuraient jusqu’à quatre mètres de haut au niveau des épaules, ces individus mammouths étaient visiblement petits selon les auteurs.

Les chercheurs ont daté le site à entre 220 000 et 210 000 ans, ce qui nous situe vers la fin d’une période interglaciaire, alors que les Néandertaliens vivaient encore en Grande-Bretagne. Un peu plus tard, les températures se rafraîchirent, forçant nos anciens cousins à se déplacer plus au sud.

« Trouver des os de mammouth est toujours extraordinaire. Néanmoins, en trouver qui sont si vieux et bien conservés, et à proximité des outils de pierre de Neandertal est exceptionnel », a déclaré Lisa Westcott Wilkins, cofondatrice de DigVentures.

On ignore encore comment ces pachydermes sont décédés. Les chercheurs prévoient de sonder ces ossements plus en détail pour déterminer s’ils portent des marques d’outils néandertaliens.

mammouths
Crédits : DigVentures

« Ces découvertes ont une valeur énorme pour comprendre l’occupation humaine de la Grande-Bretagne et les preuves environnementales délicates récupérées nous aideront également à les comprendre dans le contexte du changement climatique passé« , souligne Duncan Wilson, directeur général de Historic England, un organisme britannique de préservation de l’histoire. « Grâce à ces découvertes et aux recherches qui suivront, nous espérons que davantage de lumière sera faite sur la vie en Grande-Bretagne il y a 200 000 ans. »

Ces fouilles font par ailleurs l’objet d’un nouveau documentaire de la BBC : « Attenborough and the Mammoth Graveyard« , présenté par Sir David Attenborough et Ben Garrod, de l’Université d’East Anglia au Royaume-Uni.