in ,

ChroMS : que cache cette nouvelle technique de microscopie ?

Crédits : Inserm

Des chercheurs français ont mis au point une nouvelle technique de microscopie associant la 3D, la HD et les couleurs. Il s’agirait selon les porteurs du projet d’une véritable révolution dans l’imagerie du cerveau des vertébrés !

Un dilemme désormais oublié

En termes d’imagerie du cerveau des vertébrés, les chercheurs devaient faire un choix difficile entre résolution et volume, en microscopie électronique tridimensionnelle. Ainsi, il était soit question de privilégier la résolution, mais sur un volume trop faible pour retracer un circuit neuronal complet, soit donner plus d’importance au volume, mais avec une résolution déficiente.

Chromatic Multiphoton Serial imaging (ChroMS) est une nouvelle technique de microscopie mise au point par des chercheurs français, regroupés au sein du Laboratoire d’optique et biosciences et de l’Institut de la Vision (Paris), comme l’affirme un communiqué de l’Inserm publié le 10 avril 2019. Ces recherches ont été publiées dans la revue Nature Communications au même moment.

Crédits : Inserm

Une visite virtuelle HD

Selon l’étude, l’approche de ChroMS vise à permettre une véritable visite virtuelle à haute résolution, et ce à l’échelle de la cellule. Il s’agit de cibler certaines parties du cerveau essentielles afin de comprendre le développement des circuits neuronaux. Il faut savoir que les tests ont été réalisés avec des données réelles obtenues grâce à des marqueurs fluorescents. Or, ces marqueurs ont été implantés dans les cerveaux de souris transgéniques et stimulés par un laser infrarouge.

Il s’agirait d’une grande première, permettant de reconstruire en 3D et avec une très grande précision des régions du cerveau. Ainsi, ChroMS rend possible cette reconstitution sur quelques millimètres-cubes de volume – du jamais-vu – sans avoir à renoncer à la qualité de la résolution ! Les scientifiques indiquent même pouvoir reconstituer un cerveau entier de souris, certes avec une qualité un cran en dessous, mais tout à fait acceptable en termes de détails.

Cette technique pourrait permettre de répondre à des questions qui restent en suspend depuis quelques années en neurosciences. Il s’agit par exemple de savoir si des pathologies comme l’épilepsie peuvent être reliées à des problèmes localisés affectant certaines cellules souches neurales. Enfin, les porteurs de ce projet ambitieux estiment que si un jour, l’utilisation de ChroMS est démocratisée au niveau des recherches portant sur le cerveau, une panoplie très large d’organes pourrait être concernée à l’avenir !

Source

Articles liés :

Surprise : des chercheurs découvrent des réseaux de tunnels qui traversent les os

Voici Titan Krios, le microscope le plus puissant au monde !

Un “microscope à électrons” repousse les frontières du monde nanométrique !