in

Des chirurgiens mènent une opération à 15 km de distance grâce à la 5G

Crédits : iStock

Une équipe de médecins italiens a démontré qu’il était possible de mener à bien une chirurgie invasive sur un patient à 15 kilomètres de distance grâce au réseau 5G. Le rapport de cas a été publié ce lundi dans la revue Annals of Internal Medicine.

La téléchirurgie n’est pas nouvelle. La première opération a été achevée il y a près de vingt ans, le 7 septembre 2001. À l’époque, une patiente de 78 ans, hospitalisée à Strasbourg, avait subi avec succès l’ablation de sa vésicule biliaire. L’équipe chirurgicale, elle, se trouvait à 7 000 kilomètres de distance, à New York.

L’intervention avait ainsi été réalisée sur place par un robot chirurgical commandé à distance par le professeur Jacques Marescaux et son équipe. Les deux sites avaient été reliés par une fibre optique dédiée à très haut débit. Ce dispositif avait alors permis de véhiculer toutes les informations requises en moins de 200 millisecondes.

Cette première réussite de la téléchirurgie a permis d’envisager des applications prometteuses. On imaginait alors ce type d’approche dans des zones où les compétences chirurgicales seraient réduites. Ou encore dans le cadre de certaines opérations très complexes.

Plusieurs de ces opérations ont évidemment eu lieu depuis. Néanmoins, les efforts dans ce domaine ont longtemps stagné en raison des progrès assez lents opérés au niveau des réseaux de communication. L’émergence de la 5G pourrait néanmoins donner un nouvel élan à ce type de pratique.

La 5G au service de la téléchirurgie

Dans le cadre d’une récente étude, des chirurgiens italiens ont testé l’approche, s’appuyant sur l’un de ces réseaux pour mener une opération des cordes vocales à 15 km de distance.

Deux assistants locaux ont dans un premier temps préparé un cadavre pour la chirurgie. Ils ont également défini les paramètres des outils à distance qui devaient être utilisés. Le “patient” finalement préparé, des chirurgiens se sont ensuite relayés pour opérer ses cordes vocales à l’aide de pinces et de lasers télécommandés.

Pour ce faire, les médecins disposaient de lunettes de réalité virtuelle ainsi que d’une tablette et d’un appareil de rétroaction haptique pour le contrôle des appareils robotiques à distance.

5g opération
Grâce à la vitesse des réseaux 5G, des médecins ont mené une opération à 15 km de distance. Crédits : Annals of Internal Medicine

Une expérience immersive

Malgré la distance, Leonardo Mattos, chef du laboratoire de robotique biomédicale de l’Institut italien de technologie, a évoqué un véritable sentiment d’immersion.

« Les chirurgiens avaient l’impression d’être directement dans la salle, explique-t-il. Ils ont également ressenti moins de stress pendant les actions délicates car les dispositifs robotiques offrent une grande stabilité et des mouvements fluides. Ce qui leur permet d’être plus précis et confiants pendant l’opération ».

Dans l’ensemble, l’opération s’est bien déroulée. Selon l’étude, les chirurgiens n’ont connu au maximum que 280 millisecondes de décalage entre les commandes et les actions du robot. Bien qu’elle ne se soit concentrée que sur les cordes vocales, Leonardo Mattos souligne qu’il y a peu de limites aux types de chirurgie pour lesquels cette approche pourrait être utilisée.

« La technologie peut être utilisée pour d’autres types de chirurgie au laser, mais aussi être adaptée à d’autres types de chirurgie robotique, explique-t-il. Fondamentalement, nous pourrions affirmer en toute confiance que si une intervention chirurgicale peut être effectuée de manière robotique aujourd’hui, elle peut également être effectuée en téléchirurgie ».

Cette étude présente ici une preuve de concept (d’où le cadavre). Mais il va encore falloir patienter plusieurs années avant que ce type de chirurgie ne soit démocratisée. Techniquement, les quelques défis encore à surmonter peuvent l’être assez rapidement, explique le chercheur. En revanche, les répercussions juridiques et éthiques de telles approches pourraient être un problème plus durable.