in

Ce chirurgien avoue avoir gravé ses initiales sur le foie de ses patients

Crédits : iStock

Un chirurgien britannique a récemment plaidé coupable d’avoir inscrit ses initiales sur les foies de ses patients, sans leur consentement, au cours de deux opérations menées en 2013.

Les patients « sur le billard » se demandent souvent ce que médecins et infirmières font pendant qu’ils sont sous sédatifs, outre les opérations médicales. Pourtant personne ne se doutait une seconde que ce médecin pourrait graver ses initiales au laser. Les faits se sont produits à l’hôpital Queen Elizabeth de Birmingham, où le chirurgien exerce depuis 12 ans, lors de transplantations en février et août 2013, rapporte The Telegraph. Simon Bramhall a en effet reconnu les faits pour les deux chefs d’inculpation de « coups et blessures » pour avoir délibérément inscrit « SB » (ses initiales donc) sur le foie des patients à l’aide d’un faisceau électrique – généralement utilisé pour sceller les vaisseaux sanguins – sans leur consentement.

Les initiales ont été découvertes lors d’une opération de suivi d’une des personnes, menée quelques mois plus tard. Le foie de l’une des victimes, une jeune femme, a en effet mal réagi. Le procureur du tribunal de Birmingham Tony Bradenoch évoque un « cas complexe et inhabituel ». « Le fait pour le Dr Bramhall de graver ses initiales sur le foie d’un patient n’était pas un incident isolé, mais un acte répété à deux occasions, nécessitant compétence et concentration. Cela a été fait en présence de collègues. […] Le plaidoyer de culpabilité vaut acceptation que ce qu’il a fait n’était pas seulement contraire à l’éthique, mais aussi répréhensible sur le plan pénal », a-t-il ajouté.

Bramhall a travaillé comme chirurgien du foie, de la rate et du pancréas pendant 12 ans au Queen Elizabeth Hospital de Birmingham, dans les West Midlands. Il a également encadré des étudiants en médecine et supervisé des étudiants de troisième cycle poursuivant des études supérieures. Il est actuellement maintenu en liberté sous caution jusqu’au verdict de la cour. La peine infligée à Simon Bramhall sera prononcée le 12 janvier prochain.

Source

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.