in

La Chine veut sonder Uranus et Jupiter avec une seule fusée

La planète Uranus. Grâce à ses anneaux, nous pouvons distinguer l'inclinaison de son axe de rotation. Crédits : 95C/pixabay

La Chine veut faire d’une pierre deux coups avec le lancement de deux vaisseaux spatiaux à bord d’une seule fusée. La première sonde ira se frotter à Uranus, tandis que l’autre sera concentrée sur Jupiter et son système de lunes. Le lancement de cette mission ambitieuse nommée Tianwen-4 est prévu pour 2030.

Une fusée, deux vaisseaux

Le programme spatial chinois Tianwen (du nom du poème « Questions célestes » attribué à l’ancien poète chinois Qu Yuan né) a de beaux jours devant lui. La mission chinoise Tianwen 1, qui vient de recevoir l’un des prix les plus prestigieux au monde dans le domaine spatial, est actuellement en orbite autour de Mars. La mission Tianwen 2 cherchera quant à elle à rapporter des échantillons d’astéroïdes dès 2025, tandis que Tianwen 3 sera une mission de retour d’échantillons martiens, probablement en 2030.

Plus récemment, la Chine a présenté les premières esquisses de la mission suivante, Tiawen-4, lors du Congrès international d’astronautique 2022, à Paris.

Cette mission visera deux cibles principales. Une grande sonde se concentrera sur Jupiter avant de se placer en orbite autour de l’une de ses lunes, Callisto. Un vaisseau plus petit se chargera de survoler la lointaine Uranus. Les deux sondes seront lancées à bord d’une fusée Long March 5. Chacune effectuera un survol de Vénus et deux survols de la Terre pour se propulser vers le système solaire externe grâce à leur assistance gravitationnelle.

Pour l’heure, on n’en sait pas plus, d’autant que les différents objectifs scientifiques de cette mission sont encore à l’étude.

Hémisphère Sud de Jupiter
L’hémisphère Sud de Jupiter photographié par la sonde Juno. Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Gerald Eichstädt /Seán Doran

Uranus recevra enfin l’attention qu’elle mérite

La Chine ne sera pas la seule à évoluer autour de Jupiter. La NASA prépare une mission baptisée Europa Clipper, dont le lancement est prévu en 2024 pour une arrivée dans le système de Saturne prévu à la fin de la décennie. Sur place, la sonde effectuera plusieurs dizaines de survols d’Europe à basse altitude. Pendant ce temps, ses neuf instruments recueilleront des données sur l’atmosphère, la surface et l’intérieur d’Europe.

Les Européens préparent également une mission baptisée JUICE (Jupiter Icy Moon Explorer). Cette sonde devrait être lancée en 2022 pour une arrivée sur place prévue d’ici la fin de la décennie. Elle se focalisera sur Jupiter, Europe, Ganymède et Callisto.

La planète Uranus reste quant à elle l’un des objets les plus délaissés du système solaire. Sa dernière visite remonte en effet à plus de 45 ans, avec le passage de la sonde Voyager 2. Il faut dire que cette « géante de glace » ne rend pas la tâche facile. Uranus se positionne en effet à plus de 2,7 milliards de km de la Terre. Cela pourrait donc bientôt changer. Outre la future mission chinoise, nous savons que plusieurs chercheurs américains plaident en faveur de l’envoi d’un orbiteur et d’une sonde vers cette planète. Une telle mission pourrait être lancée au début des années 2030 grâce au coup de pouce gravitationnel de Jupiter.