in

La Chine se prépare pour le lancement de la future station spatiale

La future station Tiangong Crédits : CNSA

Il est prévu que la Chine lance le premier module de sa future station orbitale dans quelques semaines. Une mission habitée – la première depuis 2016 – sera également opérée cette année.

La Station spatiale internationale est aujourd’hui la seule et unique station opérationnelle en orbite, mais plus pour longtemps. Une station chinoise baptisée “Tiangong” (Palais céleste) doit en effet bientôt la rejoindre, avant de lui succéder définitivement (l’ISS est vieillissante). Cette structure, qui pèsera près de 100 tonnes, comportera trois modules. À bord, les taïkonautes mèneront diverses expériences scientifiques et se prépareront aux futurs vols de longue durée.

Onze lancements en deux ans

Le module central de cette station (long de 16,6 mètres pour 22 tonnes) sera lancé au printemps prochain. La China Academy of Launch Vehicle Technology (CALT) est en train de finaliser les travaux sur le lanceur concerné dans une usine au nord de la ville de Tianjin, selon Spacenews. Le tir se fera avec une fusée Long March 5B, depuis la base de lancement de Wenchang.

Ce module fournira les principaux quartiers d’habitation des taïkonautes présents à bord pour des périodes d’environ six mois. Il présentera également un port d’amarrage et contrôlera l’orbite et l’attitude de la station.

Au total, l’Administration spatiale nationale chinoise prévoit onze lancements pour achever la construction de cette station en 2022. La structure, qui devrait être placée à environ 370 kilomètres d’altitude, sera inclinée de 41 degrés.

Notez que le lancement de ce premier module principal était normalement prévu pour 2018 (et ceux des modules suivants en 2020 et 2022). Cependant, un échec de lancement et des problèmes ultérieurs liés à la fusée Long March 5 ont amené la Chine à repousser les échéances, pour finalement condenser le calendrier en une période intensive de deux ans.

Une fois achevée en 2022, la Station spatiale chinoise sera également rejointe par un télescope spatial de même classe que Hubble, nommé Xuntian. Doté d’un miroir de deux mètres de diamètre, il doit être placé en orbite en 2024.

chine station longue marche 5
Certains composants du Long March 5B qui sera déployé pour lancer le module central de la station spatiale chinoise. Crédits : CMSA

Une première mission habitée depuis 2016

La CALT, qui prévoit une quarantaine de lancements orbitaux cette année, poursuit également le développement de son vaisseau spatial cargo Tianzhou-2. C’est lui qui se chargera de transporter du fret vers la station. Il sera également le premier à accoster cette nouvelle structure. Il sera ensuite remplacé par le vaisseau chinois Shenzhou-12, avec équipage cette fois (sorte de capsule Dragon de SpaceX version chinoise). Ce sera la première mission avec équipage de la Chine depuis 2016. Les taïkonautes concernés ont déjà été sélectionnés.

Enfin, soulignons que si cette nouvelle station est à l’origine chinoise, elle sera également accessible à tout autre pays membre de l’ONU qui souhaitera mener des expériences scientifiques à son bord.